lundi 29 janvier 2018

Les mardelles

Les paysans du Berry considèrent avec une sorte de terreur superstitieuse plusieurs des mardelles que l'on voit dans cette région.
Voici comment les décrit un archéologue qui les a spécialement étudiées. vers les environs de Châteauroux et d'Issoudun, on rencontre un très grand nombre d'excavations en forme de cônes renversés, trop régulièrement arrondies pour ne pas être l'ouvrage des hommes, et que la tradition populaire signale comme antiques. Elles ont cela de remarquable, que les eaux pluviales n'y séjournent pas, malgré la nature grasse du sol, et ce fait en attestant que al couche d'argile a été percée, prouve encore qu'elles ont été creusées à dessein. Une autre singularité qui les distingue, c'est de ne laisser apercevoir dans leur voisinage aucun vestige des déblais extraits de cavités. On désigne ces espèces de puits sous le nom de mardelles, margelles ou simplement marges. Quelques-unes sont fort redoutées, et l'on évite, la nuit, de passer auprès. Plusieurs, surtout celels connues sous le nom de Trou aux fades, Fosse au Loup, Crot du diable, servent alors de rendez-vous aux fées, aux sorciers et aus loups-garous.
L'une d'elles, sise dans la commune de Saint-Pierre-de-Jards, où il y en a quatorze, est fréquentée à certaines époques de l'année par le diable qui se promène autour d'un grand carrosse attelé de six chevaux noirs qui jettent le feu par les naseaux. Le diable semble en effet être le principal personnage qui hante ces excavations, et quelques-unes, comme le Crot du Diable, à Venesmes (Cher) portent son nom.
Des êtres plus gracieux sont associés aux mardelles : à Allouis (Cher), une fée revenait au clair de lune au Trou à la Fileuse, que l'on appelait aussi le Crot à la Brayeuse ; on en entendait sortir un bruit cadencé semblable à celui que, dans le calme des nuits, produit la braye manœuvrée par les femmes qui broient du chanvre dans la cour des fermes. On fait une sorte de pèlerinage annuel à la Mardelle sainte, où est, dit-on sainte Fauste ; lorsque ses reliques, conservées dans l'église paroissiale, en eurent été enlevées, le
s ravisseurs, frappés de douleurs atroces, laissèrent tomber le corps de la sainte qui, se relevant, alla d'elle-même s'ensevelir au fond de la marelle;

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...