vendredi 23 août 2013

Villes englouties de la Provence


Non loin de la Ciotat, près du lieu où s'éleva Tauroentum, on raconte qu'une irruption de la mer fit disparaitre une ville. Lorsque l'eau est bien tranquille, on voit au fond des traces de murs, de maisons et de jardins ; seule l'église n'a pas subi de dégradation, et on l'aperçoit tout entière avec son clocher.
Dans son roman de La Chèvre d'or, Paul Arène a rapporté une légende semblable qui est populaire chez les pêcheurs des environs de Fréjus.
Près de Saint-Raphaël, on parle aussi d'une cité ensevelie sous la mer, et la croyance est assez enracinée pour que des marins aient plongé pour s'assurer de sa réalité ; ils n'ont point vu la ville, mais ils ont rapporté des briques. Il semble qu’elle est vivante au-dessous des flots ; car il en sort quelquefois des bruits de cloches, et on entend même tirer le canon, circonstance qui est due à un phénomène d’acoustique dont l'explication, assez simple pourtant, échappe aux gens du voisinage ; elle est peu distante des endroits où la flotte de la Méditerrannée vient faire ses exercices à feu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...