vendredi 5 octobre 2012

Les lutins, les diables


Les lutins sont rarement en rapport avec les puits : on raconte cependant aux environs de Paimpol qu'une servante qui prétendait ne pas croire à leurs apparitions, vit un nain assis dans un trou pratiqué près de la margelle, pour mettre le seau ; il avait la spécialité de répéter tout ce qu'on lui disait. La servante lui ayant dit :
- Je parie que tu ne viendras pas ici demain soir, ou bien tu te chaufferas,
il répéta ces mots.
Le lendemain elle mit dans le feu le caillou qui se trouvait dans le trou du puits, et quand il fut bien chaud, elle alla l'y reporter. Le lutin vint s'asseoir dessus et se brûla cruellement.

D'autres puits ont des hantises dont il est assez malaisé de déterminer la nature. Dans celui qui, taillé à une immense profondeur, se trouve, dit-on, parmi le ruines de Château-Vieux, on entend parfois au milieu du silence de la nuit, les malins esprits qui s'y sont réfugiés après la destruction de la forteresse et qui font de vains efforts pour se dégager des décombres sous lesquels ils sont emprisonnés.

Dans une des pièces d'une maison de Vitré, inhabitée depuis un temps immémorial, est un puits d'où sort, chaque soir, un démon qui a terrifié tous ceux qui ont essayé d'y passer la nuit, et qui a fait donner à l'habitation le nom de Maison du Diable.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...