mardi 20 septembre 2011

Histoire et vertus des tisanes


Quand, pour la première fois, l'homme a -t-il jeté une poignée d'herbes, de feuilles ou de racines séchées dans un bol d'eau bouillante pour boire le liquide après avoir laissé infuser ou macérer ces substances ? Nul ne le sait, mais on peut supposer que ce "rite" remonte à la plus haute antiquité, voire à la préhistoire. La connaissance des vertus des plantes fait partie des pratiques les plus anciennes du monde.

Petite leçon d'étymologie
Le mot tisane tel qu'on le connait aujourd'hui est apparu dans la langue française au XIVe siècle.
Auparavant, on disait "tisaine", et ce terme drive directement du latin ptisanha. Mais l'histoire ne s'arrête pas là, car c'est en Grèce qu'il faut aller chercher l'explication : ptisanê, en grec, veut dire "infusion d'orge". Il fallait en effet broyer, piler (ptissein en grec) des grains d'orge pour obtenir ce breuvage. C'est donc la "décoction d'orge mondé" qui a donné au mot tisane le sens plus général qui est le sien de nos jours : une boisson résultant de l'action dissolvante de l'eau sur certaines substances.

De la magie à la réalité
Au XVIIe siècle, on croyait encore que boire des tisanes pouvait accroître la fertilité.
Autrefois, on pensait aussi que boire certaines infusions augmentait la longévité et pouvait même permettre d'atteindre l'immortalité.
Aujourd'hui encore, la phytothérapie apparaît à certains comme une science bizarre, proche de l'alchimie. Et pourtant, rien de plus simple que les "simples", et les bonnes recettes d'antan, basées sur les herbes et leurs secrets, permettent de soulager, prévenir ou guérir bien des maux ou affections de la vie quotidienne....
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...