vendredi 7 janvier 2011

Les trésors


Ainsi que la plupart des lieux qui sont de nature à frapper l'imagination par leur étrangeté, leurs dimensions ou le mystère qui les entoure, les grottes passent pour renfermer des trésors. Les fées qui les déposèrent dans celles où elles habitaient jadis veillent encore parfois sur eux. En franche-Comté, la fée Mélandre ou Milandre gardait les richesses cachées au fond des cavernes. On lui assignait plus particulièrement comme résidence les profondes ténèbres d'une grotte dans le voisinage du château de Milandre, entre Delle et Montbéliard. On se sent, paraît-il attiré comme par un aimant au fond de cet antre où l'on dit qu'elle réside.
La tradition la représente comme assise sur son coffre-fort, dont elle tient entre ses dents transparentes les deux clés toutes rouges de feu. Si l'on pouvait trouver dans quelque grimoire le moyen de saisir ces précieuses clés sans se brûler les doigts, on serait bientôt riche.
Suivant une tradition, la clé du coffre est dans la caverne même, entre les dents d'un dragon qui jette feu et flammes. On dit aussi qu'une fois par siècle, les pièces d'or viennent s'étaler au clair de lune : si on connaissait le jour et l'heure, on pourrait les prendre sans danger.

Un proverbe béarnais disait :
Que bau mez et casteyt d'Ousse
Que toute France e Saragousse.


Le château d'Osse vaut mieux que toute France et Saragosse : on croyait qu'il y avait au-dessous des fées qui gardaient un trésor dans une excavation. Le jeudi saint, les enfants s'y rendaient, chantant : "Hate, hate, da-m argent, que-t darèy teyt e bren. Fée, fée, donne-moi de l'argent, je te donnerai lait et son".
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...