jeudi 3 novembre 2011

Le néflier aux apparitions

Un soir, un jeune homme s'était attardé à Béva (nom d'une ancienne métairie située dans les Quemines près du chemin de Plante, non loin du village de Corny, en Moselle) où habitait sa fiancée. le temps passe vite quand on est avec celle qu'on aime, aussi la nuit était-elle déjà fort avancée lorsqu'il prit le chemin du retour.
Les parents de la jeune fille lui avaient bien conseillé de rester, mais notre fanfaron avait répondu qu'il se moquait pas mal des sorcières, et il s'en était allé. Le cœur lui battait bien un peu. Il hâtait le pas, quand arrivé près du néflier, ne voilà-t-il pas qu'il aperçoit un grand feu, au milieu duquel se tenait une femme. Toute environnée de flammes, elle avait une clé dans sa main droite, et lui faisait signe comme pour l'inviter à venir la prendre. Vous pensez bien que cela ne le tentait guère. Il ne faisait plus le hardi !
Fou de peur, il prit ses jambes à son cou et se sauva à travers les vignes. Il n'arrêta sa course qu'arrivé aux premières maisons du village. Il lui semblait toujours que quelqu'un cherchait à l'agripper par derrière...
On assure que cette clé était magique et que son possesseur serait devenu maître de richesses immenses. Qui aurait cependant été assez courageux pour la chercher au milieu des flammes, au risque de perdre son âme ?


***

Dans cette légende, la référence aux sorciers(ères) ne doit pas nous abuser. Même si elle est entourée de flammes (allusion sans doute à l'Enfer), la gardienne du trésor est sans doute de même nature que les vierges ou fées du Nonnenfels, et la clé qu’elle détient permet sûrement l'accès à la chambre des trésors et peut-être, d'une manière plus symbolique, à l'Autre Monde, pour celui qui aurait su le mériter.

***
Roger Wadier
"Légendes Lorraines de Mémoire Celte"
Éditions Pierron

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...