mercredi 22 décembre 2010

Blanche


Les fées ne connaissent rien de plus triste que les mois gris et pluvieux qui précèdent l'hiver, et rien de plus beau que le vol silencieux de la fée des neiges.
Juchée sur un aigle royal, portée par le vent du nord, elle plane sans bruit au-dessus des forêts, des champs et des villes en semant ses flocons, souvent aux premières heures du jour, alors que tout le monde est encore endormi.


Sur son passage, la terre boueuse et les broussailles noircies disparaissent sous un drap blanc immaculé, les arbres se recouvrent de givre étincelant, les ruisseaux gèlent, la pluie forme des chandelles de glace.
Le matin, on découvre en sortant de chez soi ce manteau éblouissant, ce froid vif et ce silence si particulier que Blanche laisse dans son sillage.


Le froid ne vaut rien aux fées, dont les robes légères s'accommodent mal du frimas. Les elfes, quant à eux, se sont depuis longtemps enfouis sous terre, à l'abri de leurs tertres douillets. Il n'y a guère que les lutins qui aiment l'hiver, et encore, ne sortent-ils que rarement, préférant passer la mauvaise saison dans les maisons des hommes.

Blanche s'en est allée, portée par la bise.La nature tout entière, faune, flore et fées, s'endort jusqu'au dégel

***
Texte tiré de "le Petit Peuple", Editions Le pré aux clercs
par Jean-Louis Fetjaine


***
Les deux photos centales viennent de mon beau frère Rémy

où la neige de Blanche  a tout envahi !!


Quant à nous, nous vous souhaitons de JOYEUSES FÊTES
Et vous donnons rendez-vous l'an prochain !!
Bises féeriques


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...