vendredi 9 avril 2010

Fruits guérissants ou merveilleux

Les fleurs, les fruits ou les feuilles des arbres ont le pouvoir de guérir, et même de ressusciter. Trois pommes rouges ont le privilège de garantir du poison celui qui les mange. Le roi d'un conte wallon qui avait le mal de Sainte Ernelle à la jambe ne peut recouvrer la santé que si on applique dessus la rose Sainte Ernelle qui se trouve dans un bois.
Pour guérir la fille du roi, il faut aller chercher en pays étranger trois pommes d'orange ; quand elle a mangé les deux premières, elle revient à la santé, quand elle a mangé la troisième, elle veut épouser celui qui les lui a apportées ; pour qu'un vieux roi guérisse, il doit manger trois oranges cachées sous la patte de l'ogre. Grâce à des pommes magiques sorties du jardin du paradis, un enfant est soulagé de son mal, et ensuite son père est délivré.
Des aveugles recouvrent la vue en se frottant les yeux avec le liber ou les feuilles d'un certain arbre.
Dans un conte de la Haute-Bretagne, une rose fait revenir un mort à la vie quand elle a été passée sous son nez.
Les arbres ou leurs fragments produisent d'autres effets merveilleux : Dans un conte nivernais, une branche de l'Arbre Rouge posée sur un fleuve y forme un pont sur lequel peut passer toute une armée. Un petit garçon en frappant du pied l'arbre d'or en fait sortir des chevaux tout équipés pour la guerre et de beaux vêtements. Un pommier donné par les Vents et planté dans un courtil devient un talisman qui procure tout ce qu'on désire.
Dans un conte canadien des pommes d'or cueillies dans le jardin des fées opèrent des prodiges.
Les fruits dont l'enveloppe est ligneuse, ou tout au moins assez épaisse pour former une sorte de boîte figurent parmi les accessoires de la féerie ; le plus ordinairement, ce sont des noix qui contiennent des merveilles. Dans le Mentonanis, des pantoufles d'or, une robe sont cachées dans une amande ; en Corse, une amande est musicale et lorsqu'on ouvre des oranges magiques, il en sort des femmes ; en Flandre, en Basse-Normandie, des châtaignes, quand on les pèle, se transforment en objets merveilleux, en Haute-Bretagne, des coques de noix deviennent des navires.
Plusieurs contes parlent d'un arbre qui produit des fruits précieux que des inconnus viennent dérober chaque nuit. En Wallonie, en Poitou ce sont des pommes d'or ; en Basse-Bretagne de belles poires. Des récits du sud-ouest parlent de transformations métalliques : Saint-Pierre ayant quitté Jésus-Christ, celui-ci monta sur une aubépine chargée de ses fruits mûrs ; il secoua les branches et fit tomber les baies ; chacune d'elles, avant d'arriver à terre, devenait une belle pièce d'argent.
Certains arbres ont bu toute l'eau du pays, ou l'empêchent de couler ; sur le conseil d'aventuriers qui découvrent par hasard le remède à cet état de choses, l'arbre est arraché ; on le frappe avec une hache, ou, comme dans un conte basque, on coupe le noyer qui a poussé dans le cimetière.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...