jeudi 26 novembre 2009

Les fées noires


Fragiles et menues, les fées sont des spectres venus d'un autre monde, des filles ou des garçons éthérés susceptibles de s'évaporer à tout moment. elles donnent au mot languide une connotation délicieusement phtisique et les méridiennes ont été inventées pour elles. Elles ont inspiré les péraphaélites et la peinture victorienne. La reine Victoria était surnommée "La fée" par le premier ministre anglais Benjamin Disraeli. Elles sont aussi très présentes dans l'œuvre du photographe Stéphane Lord.

La musique célèbre aussi les fées. Richard Wagner composa Die Feen (Les fées) en 1834 et Daniel Auber est l'auteur d'un opéra intitulé Le Lac des fées qui fut donné pour la première fois en 1839. Le cinéma ne fut pas en reste : le film Photographing Fairies relate en effet l'histoire de deux cousines, Elsie Wright et Frances Griffith, originaires du Yorkshire, qui photographièrent pour la première fois des fées en 1917. Enfin, au Théâtre, La tempête de William Shakespeare met en scène le fameux personnage d'Ariel, dont l'homologue contemporain pourrait être la fée Clochette de Peter Pan.

Les fées sont indissociables de la mythologie celtique, mais, selon une croyance populaire, elles seraient au commencement des anges chassés du paradis qui auraient fait escale sur terre avant de rejoindre les enfers. Les fées sont des personnages complexes : elles sont l'incarnation des désirs sexuels enfouis. Elles fascinent car elles appartiennent à l'univers mystérieux du spirituel et de l'occulte. Leur existence même est un hommage à l'éternel féminin, au charme et à la séduction. Autrefois, on pensait que la cocaïne et l'absinthe, surnommée "la fée verte", décuplaient le pouvoir de ces petits êtres volatiles.

***
Source : la Bible Gothique
Édition : Camion Noir
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...