lundi 9 novembre 2009

En chacun de nous...


En chacun de nous existe un autre être
que nous ne connaissons pas.
Il nous parle à travers le rêve
et nous fait savoir qu'il nous voit bien différent
de ce que nous croyons être.

***
Carl Gustav Jung

Il était une fois... un beau chêne


Il était une fois... Un beau chêne si grand et si robuste, qu'il faisait l'admiration de toute la forêt. Bruno l'écureuil y avait établi son refuge qu'il bourrait de glands provenant de l'arbre majestueux. Sur la plus haute branche, Madame Rossignol avait dressé fièrement son nid. Et entre les racines énormes, gîtait Pomponet le lapin.
En résumé, tous y trouvaient un logis confortable. Mais hélas, ce beau chêne était aussi convoité par des bûcherons. Ceux-ci étaient venus s'installer depuis peu dans le bois afin de commencer leurs travaux d'abattage. C'est ainsi qu'un beau jour, munis de leurs haches et scies, arrivèrent deux solides gaillards. Ils cernèrent le vieux chêne et se mirent à le marteler de leur cognée. L'arbre gémissait sous la douleur qu'on lui infligeait.
Mais que pouvait-il faire, le malheureux ? Il saignait sa sève un peu de partout et il sentait, impuissant, qu'il ne résisterait pas longtemps...
Réunissant ses dernières forces, il fit frémir branches et feuilles en un ultime appel de pitié. Ses amis Pomponet et Bruno folâtraient non loin de là. Ils entendirent l'appel de leur ami et accoururent à toute vitesse.
- Hô ! s'écrièrent-ils en chœur devant l'affreux spectacle.
Mais que faire ? Comment débarrasser leur ami de ces intrus malveillants ?
Tout à coup, Bruno eut une idée.
S'adressant à son compagnon, il lui dit :
- File à ton terrier sous les racines ! Hurle et grogne de toutes tes forces, sans te faire voir !
Sans chercher à comprendre, le lapin obéit. Profitant de quelques minutes de pause des bûcherons, il s'engouffra dans son refuge.
- Ah, mes amis, dit l'arbre dans un soupir, il va vous falloir trouver un autre logis car je vais mourir...
- Allons, ne dis pas de bêtises, lui répondit Pomponet. Nous allons t'aider.
Et puis, nous ferais-tu douter du proverbe : " Solide comme un chêne " ? Allez, un peu de patience...
- Bon, s'exclamèrent les bûcherons, au travail !
Ils s'avancèrent en direction du vieux chêne, déjà très mal en point.
Mais, à peine eurent-ils saisi leur cognée, que Pomponet exécuta les consignes.
- Houuu ! Hou... ! Grrrrrr... ! Et grrrrrrrr... ! grogna le lapin.
Au même instant, Bruno se mit à bondir de toutes ses forces, de branche en branche, surtout sur les plus garnies. Les glands se mirent aussitôt à pleuvoir sur les intrus. Les deux hommes, jetant des regards effarés de tous côtés, se mirent à courir, à courir... laissant là leurs outils.
- Merci mes bons amis ! dit le vieux chêne à l'adresse de Bruno et Pomponet. Vous m'avez sauvé la vie.
- Bah ! Ce n'est rien, répondirent ceux-ci. De toute façon, tu t'en serais bien tiré tout seul ! Tu es si énorme que ces deux bûcherons auraient bien fini par abandonner.
Ensemble, ils se mirent à panser les blessures du vieux chêne avec de la terre et des feuilles séchées. L'arbre, pour les remercier, écarta largement ses racines afin d'agrandir le terrier de Pomponet. Et il promit de donner, l'an prochain, encore plus de glands pour son ami Bruno.

***
Conte du Québec


L'oignon


L'oignon appartient à la famille des Liliacées. Il diffère des autres espèces du genre par son bulbe volumineux mais présente, comme les plantes apparentées, de longues feuilles tubulaires. En raison de ses nombreuses propriétés thérapeutiques, on le surnomme parfois le "roi des plantes médicinales". En coupant un oignon, chacun peut ressentir l'effet de ses huiles essentielles soufrées, qui font pleurer.

En usage interne, l'oignon exerce son action stimulante sur l'ensemble du tube digestif et sur les sucs digestifs. Il possède aussi un effet diurétique et fluidifie les sécrétions bronchiques. Il contribue par ailleurs à la dégradation du "mauvais" cholestérol, protégeant ainsi le cœur et les vaisseaux et prévenant l'artériosclérose et l'infarctus.

On l'utilise en outre avec succès contre la toux.

En usage externe, l'oignon est essentiellement utilisé contre les douleurs d'oreille, ainsi qu'en cas de piqûres d'insectes, d'abcès et de brûlures.

Action thérapeutique

L'oignon est un diurétique puissant, à consommer cru de préférence. Il a ainsi une action favorable sur les vaisseaux en diminuant la tension artérielle, mais aussi en abaissant le taux de cholestérol –LDL, le mauvais cholestérol qui a tendance à se déposer sur les artères. À ce titre, c'est un aliment recommandé pour prévenir l'artériosclérose.

Consommé cuit, l'oignon améliore la digestion des graisses et des féculents. Il a aussi un effet anti-inflammatoire, antibiotique naturel et expectorant, qui peut-être intéressant lors d'affections respiratoires.

Enfin, en usage externe, son pouvoir bactéricide aide à la cicatrisation

Composants

L'oignon, comme le poireau qui lui est apparenté, contient des composée soufrés (tels que le disulfure d'allyle), des vitamines A, B1, B2, C et E, de l'acide nicotinique, des sels minéraux (calcium, magnésium, manganèse, phosphore, fer et soufre), ainsi que des protéines et des flavonoïdes.

Dernier conseil :

Après avoir coupé des oignons, vous sentez souvent pendant longtemps leur odeur sur vos doigts. Pour remédier à cet inconvénient, frottez vos mains avec du jus de citron frais, qui neutralisera l'odeur persistante.

Conseils culinaires

- N'achetez que des oignons non germés et conservez-les dans un endroit sec, aéré et frais.

- Pour retarder la germination, flambez les racines à la flamme.

- Les oignons d'hiver sont plus doux au goût que le soignons d'été. Ils résistent au gel et peuvent passer l'hiver à l'extérieur.

- Un demi-oignon se conserve jusqu'à trois jours si on le pose face coupée vers le bas sur une petite assiette saupoudrée de sel.

- Choisissez toujours les petits oignons de préférence aux gros : ils ont des vertus stimulantes plus prononcées et sont souvent plus savoureux.

Vin d'oignon contre les refroidissements

Hachez menu 500 g d'oignons, réduisez-les en purée dans un mortier et filtrez à travers un linge. Ajoutez au jus obtenu, 100 g de miel et 25 cl de vin blanc. Conservez le vin d'oignon dans une bouteille, au frais. Buvez-en 1 cuillerée à soupe 3 fois par jour.

Le vin d'oignon est bactéricide, expectorant et mucolytique.


Cure diurétique

La médecine populaire connaît depuis fort longtemps l'action drainante et diurétique de l'oignon.

Pour une cure de 1 jour, préparez une salade en hachant finement 15 oignons moyens ; assaisonnez selon votre goût d'huile, de citron et de crème fraîche. Consommez la salade en plusieurs fois au cours de la journée, jusqu'à obtention de l'effet diurétique souhaité.

Cette cure d'oignons s'est révélée efficace pour lutter contre l'œdème en général.


Contre le rhume

Débitez environ 500 g d’oignons en rouelles et laissez-les toute la nuit sur la table de chevet à proximité de votre tête. Libère les voies respiratoires et décongestionne les muqueuses.

Alternative : hachez menu un oignon et cuisez-le brièvement dans de l’eau. Versez le tout dans un inhalateur et respirez la vapeur. Vous pouvez utiliser un bol. Couvrez votre tête et le bol d’un linge de bain et inhalez.


Contre les otalgies

Ils soulagent rapidement les douleurs d’oreilles. Hachez menu un oignon de taille moyenne et mettez-le dans un mouchoir.

Chauffez le tout à la température du corps.

Posez le sachet sur l’oreille douloureuse et maintenez-le avec une écharpe pendant une heure au moins.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...