jeudi 19 mars 2009

Légendes du perce-neige

Le perce-neige est la première plante à fleurir dans l'année.
Au plus fort de l'hiver, elle annonce qu'il aura une fin.
Dans les endroits abrités, on la trouve dès la première quinzaine de janvier

**********


Dieu créa tout sur la terre, puis il l'embellit avec toutes sortes de jolies fleurs.
Lorsqu'il créa la neige il lui demanda de se procurer une couleur.
La neige alla vers l'herbe lui demander de lui donner un peu de sa couleur mais l'herbe refusa.
Elle alla vers la rose pour recevoir un peu de ses belles teintes, demanda à la violette de lui en prêter un peu, et réclama au tournesol un brin de son or. Cependant, si toutes ces fleurs écoutaient sa prière, toutes se détournaient, refusant égoïstement le partage.
D'une bien triste humeur, la neige arriva finalement au perce-neige et lui dit :
- Personne ne veut me donner sa couleur, toutes les fleurs me rejettent.
Le perce-neige fut touché par le sort malheureux de la neige et lui répondit :
- Si tu aimes ma couleur, je la partagerai volontiers avec toi.
La neige reçut le cadeau du perce-neige avec reconnaissance et c'est pourquoi, depuis lors, elle est de couleur blanche… Tout comme le délicat perce-neige à qui la neige offrit, en signe de reconnaissance, d'être toujours la première fleur à s'épanouir quand viendrait le printemps, la première fleur à percer la neige !

*************************************************************

Adam et Eve, ayant été bannis du Jardin d'Eden, se retrouvèrent dans un paysage hivernal stérile. Ils erraient sans fin dans les tempêtes de neige, frigorifiés, terrorisés et démoralisés et Eve pleurait sans cesse.
Au bout de quelque temps, toutefois, Dieu jugeant que la punition avait assez duré, les prit en pitié et leur envoya un ange pour les réconforter et les assurer de l'approche du printemps. Or, tandis qu'il parlait avec Eve, l'ange ramassa une poignée de neige et la répandit sur le sol. Partout où la neige tombée de sa main touchait la terre, des perce-neige jaillirent et se mirent aussitôt à fleurir.

*****************************************************************

Par une nuit d'orage, une vieille femme vint au château d'un prince demander un abri. Le prince la reçut mais lui demanda de partir si elle ne voulait pas travailler pour payer son gîte...
La vieille femme se changea alors en fée et lui dit :
- Vous n'avez ni pitié ni cœur. Pour vous en punir, je vous condamne à être changé en cheval. Le sortilège ne sera rompu que si une jeune fille sincère vient à vous et vous fait un cadeau.
Bien des années passèrent et le prince était malheureux et désolé de ce qu'il avait fait. Beaucoup de princesses vinrent lui donner des cadeaux. En vain !
Un jour, cependant, une jeune bergère nommée Giralda, et qui était amoureuse du prince, cueillit un perce-neige et l'enveloppa dans un papier blanc. Au dos du papier, elle écrit en rouge "martisor". Quant elle vint vers le prince, il n'avait jamais vu des yeux si clairs et un regard si honnête. Elle lui dit que son cadeau était un symbole de l'amour qu'elle lui portait. A l'instant où le prince toucha le cadeau, il redevint humain.
Le prince et la bergère se marièrent et vécurent ensuite toujours heureux.
Le prince décida que chaque année le 1er mars, en souvenir, les garçons donneraient aux filles en gage de reconnaissance et d'amour un martisor.
Le martisor est une fine ganse formée de deux fils tressés, l’un blanc et l’autre rouge, auxquels on peut attacher une petite figurine en bois ou en métal (un coeur, une lettre, une fleur, un fer à cheval ou un trèfle à quatre feuilles) qui joue le rôle de porte-bonheur.
Le rouge et le blanc mêlés représentent les deux saisons qui se mélangent encore. Le rouge c’est l’hiver (peut-être parce qu’on y fait rougeoyer l’âtre) et le blanc, le printemps qui s’annonce avec la pousse de la perce-neige, fleur symbolisant le retour de la nature à la vie.


***************************************************************

Il y a plusieurs légendes concernant l’origine du martisor.

Selon l’une d’entre elles, il était une fois une vieille dame qui s’appelait Dochia. Elle avait une belle-fille qu’elle haïssait de toutes ses forces. Un jour d’hiver, Dochia lui donna un manteau très sale et lui dit d’aller le laver dans la rivière et de ne pas rentrer avant que le vêtement ne soit tout blanc. La pauvre jeune fille obéit, mais plus elle lavait le manteau, plus il devenait noir. Désespérée, elle se mit à pleurer.
Soudain, un homme nommé Martisor apparut et lui demanda pourquoi elle pleurait. La jeune fille lui raconta son malheur. Alors, Martisor lui dit qu’il possédait des pouvoirs magiques. Il lui offrit une fleur aux pétales rouges et blancs, lui conseilla de laver le vêtement encore une fois et de rentrer ensuite à la maison. Et le miracle eut lieu !
Lorsque la jeune fille regagna sa maison, le manteau était blanc comme neige ! La vieille Dochia ne pouvait pas y croire. Mais, du coup, elle vit la fleur dans les cheveux de sa belle-fille. Toute confondue, Dochia pensa que le printemps était venu et décida d’emmener ses troupeaux sur la montagne. Le temps était beau et la vieille enleva ses touloupes, l’une après l’autre. Mais plus tard, la bruine remplaça le soleil trompeur. Au sommet de la montagne, Dochia rencontra Martisor qui la réprimanda d’avoir obligé sa belle-fille à supporter le froid et l’humidité. Puis, l’homme disparut.
La vieille Dochia resta seule sur la montagne. Le gel la transforma en pierre.

Selon une autre légende, une fois, au mois de mars, la jonquille a fleuri avant la perce-neige.
La perce-neige en fut fâchée et se mit à battre la jonquille qui, à son tour, frappa la perce-neige et la blessa. Du sang s’écoula sur la neige.
Sur cette place, poussa une autre perce-neige, blanche avec des tâches rouges. Une jeune fille trouva cette fleur et l'attacha sur sa poitrine.

Voilà pourquoi, début mars, les Moldaves tressent des fils rouges et blancs et les portent comme amulettes pour célébrer la victoire du bien contre le mal et l’arrivée du printemps.

***************************************************************

Une autre légende raconte ainsi la naissance du perce-neige :
Dans des temps très reculés alors qu'elle se battait avec la sorcière Hiver, qui ne voulait pas lui laisser la place, la belle fée Printemps se coupa au doigt. Quelques gouttes de sang tombèrent sur la neige et la firent fondre. Aussitôt, une fleur poussa à la place et ainsi la fée printemps triompha de la sorcière hiver.

****************************************************************

Et c'est pourquoi, sans doute, dans le langage des fleurs, les perce-neige racontent un espoir d'amour naissant et symbolisent aussi la fin prochaine d'une épreuve.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...