lundi 12 janvier 2009

Vaincre la grippe

Actuellement, la grippe prend ses quartiers dans toute la France. Voici quelques remèdes naturels pour vous aider à la faire disparaitre...

**Manger un citron que vous aurez salé. Evitez de sortir après avoir pris cette médication, car vous transpirerez beaucoup.

**Mélangez une cuillerée à thé de gingembre dans 20 cl d'eau et une cuillerée à thé de miel.

Un scientifique en Espagne a montré que le miel contient un ingrédient spécial, ce qui tue les germes et sauve le patient de la grippe.

**Pour lutter contre le refroidisement du à la grippe, mettez une cuillerée à thé de moutadre en poudre dans le bain...

** Tisane de sureau
Disposez 3 ou 4 pincées de fleurs de sureau dans une boule à thé ou une passoire. Laissez infuser 10 minutes dans une tasse d'eau bouillante.Dégustez.

Le sureau a des propriétés anti-inflammatoires et anti-virales. il réduirait aussi la production de mucus. C'est pourquoi on l'utilise pour soigner la grippe et l'inflammation des voies respiratoires.

Des études ont démontré que le sureau sous forme de sirop diminue la durée et la sévérité des symptômes de l'influenza de 50 à 60 % s'il est pris dans les 48 heures qui suivent le début de ces symptômes.

Selon la légende, Judas se serait pendu à un sureau et la croix sur laquelle est mort Jésus serait aussi en bois de sureau. Traditionnellement, le sureau était utilisé pour chasser les mauvais esprits, les sorcières, et même la mort.
En Angleterre, on se promenait parfois avec des branchages de sureau tressés pour se protéger des rhumatismes.

La balançoire des Fées


Chaque fin de semaine, le vendredi et le samedi,
les fées se retrouvaient au dolmen de la Pierre-aux-fées de Villers saint Sépulcre dans l'Oise.
Là, elles se balançaient sur un bloc de ce monument, lequel n'était appuyé que sur trois supports. En conjuguant leurs efforts, plusieurs hommes parvenaient à le faire bouger
et il fut décidé de poser un quatrième pilier sous la pierre branlante.
Cette initiative ne fut pas du goût des fées
qui le firent disparaitre dans la nuit qui suivit son installation.
Chaque nouvelle tentative se soldant par un même échec,
le projet fut abandonné et les fées triomphantes conservèrent leur balançoire.

***
Photo : Le dolmen de Villers saint Sépulcre

Les Fées des environs de Paris


Les fées, qui affectionnaient les lieux sauvages et déserts, délaissèrent la capitale pour lui préférer les territoires environnants.

Plusieurs clans choisirent la Seine-et-Oise. dans la partie qui correspond aujourd'hui au département des Yvelines, elles s'installèrent sous l'allée couverte de la Cave-aux-Fées à Brueuil-en-Vexin, ou encore au dolmen de la Pierre-Ardroue à Saint-Léger-en-Yvelines, où l'une d'entre elles laissa l'empreinte de son pied sur la pierre.

La fée qui demeurait au dolmen de la Butte de la Ferrière ou Féerie, à Gambais, préservait le pays des orages et de la tempête. Elle rendait des oracles et faisait l'objet d'un grand respect de la part des habitants auxquels elle prédisait l'avenir.

A Montfort-l'Amaury, la Dame Blanche de la butte Saint-Laurent possédait un somptueux trésor. Une fois l'an, durant la messe de minuit, elle autorisait les plus hardis à venir admirer ses richesses.

Dans la forêt de l'Isle-Adam (Val d'oise), les Fays, qui gambadaient sous la forme de feux follets, étaient redoutés des promeneurs nocturnes.
Vers 1850, un paysan qui passait dans une clairière aux environs de minuit, fut entouré de Fays qui virevoltèrent tout autour de lui. Attrapant soudain la bride de son cheval, elles le firent tourner jusqu'au petit jour, le laisant égaré, fourbu et tremblant de peur.

Les fées qui dansaient dans le bois de Verrières-le-Buisson ne se livraient pas à ce genre de facéties, mais les ronds d'herbe foulée par leurs pieds n'en effrayaient pas moins les bûcherons.

Sur ce même territoire de l'Essonne, entre les hameaux de Machery (Vaugrigneuse) et Bajolet (Forges-les-Bains), une fée venait filer, toutes les nuits, sur le site d'une ancienne carrière que l'on baptisa Trou-à-la-Fileuse. Elle travaillait sans relâche, et les rares personnes qui osaient lui adresser la parole ne bénéficiaient pas même d'un regard.

***
Photo : Le château deMontfort -L'Amaury
La Dame Blanche qui hantait le vieux château des comtes de Montfort
apparaissait à chaque naissance, mariage ou décés.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...