mardi 8 décembre 2009

St Genest à Novéant ( Moselle)



L'aqueduc destiné à amener les eaux de Gorze à Metz, et dont les ruines se dressent encore gigantesques et fières au milieu du village de Jouy, fut construit par une légion romaine. Les soldats avaient trouvé si riante et si gracieuse la vallée où serpente la Moselle, qu'ils avaient résolu de s'y établir. Ils dressèrent leurs tentes le long de la nouvelle voie créée par eux pour aller à Gorze : peu à peu des maisons remplaçaient les tentes, des familles de laboureurs se joignaient aux soldats, un beau village enfin, qu'on appela Noviant à cause de sa position, s'éleva comme par enchantement sur les débris des anciens chantiers. On écrivit par la suite Novéant.
En même temps, et vis-à-vis, l'autre côté de la Moselle se couvrait de constructions plus importantes encore. Ici ce n'était plus un simple hameau, mais une ville avec son temple dédié à Jupiter Ammon (le dieu à la tête cornue), Jouy et Corny,

rappelant par leurs dénominations la divinité et ses emblèmes qu'on y adorait. Ceci se passait vers la fin du IVe siècle.
Parmi les soldats de la légion qui avait fondé Novéant, un surtout se distinguait de ses camarades par la noblesse de ses traits et la finesse de son intelligence. Chose singulière, Genest (c'était le nom du légionnaire), doué de tous les dons de la nature, en avait aussi tous les défauts. Il était joueur au possible, buveur, menteur, débauché comme le dernier des derniers de la cohorte. Ennemi acharné de la nouvelle religion, qui partout faisait des prosélytes, il se montrait païen dans toute la force du terme : aussi sa réputation était-elle ouvertement mauvaise ; on ne l'appréciait qu'au seul point de vue de son habileté sur le violon.
Un coup d'archet lui suffisait pour réunir les jeunes filles des environs et organiser de joyeuses danses, puis lorsqu'il avait amassé beaucoup de monde, il montait sur un théâtre improvisé et représentait, en les parodiant avec une verve entraînante, les mystères des nouveaux chrétiens. Il était impossible de pousser plus loin la dépravation.
Dioclétien, l'ancien esclave Sarmate, venait d'être revêtu de la pourpre impériale. La légion de la Moselle et par suite Genest furent rappelés à Rome, et remplacés par des prétoriens que craignait le nouvel empereur. Ce fut encore bien pis pour les pauvres chrétiens qui s'étaient réfugiés à Novéant ; tout l'intérêt se porta avec les nouveaux venus sur Corny et Jouy. Novéant fut déshérité, on ne lui laissa même pas les champs qui pouvaient nourrir ses habitants. Et pourtant ils les auraient si bien cultivés, ils auraient tiré un si bon parti de la forêt de Gaumont qui s'élargissait devant eux en amphithéâtre, ayant la Moselle à ses pieds...
Les chrétiens s'étaient réunis dans la chambre basse d'une maison isolée, et la nuit toute entière n'avait pu suffire au récit de leurs malheurs : les premiers rayons du jour éclairaient faiblement leurs figures creusées par la souffrance, quand le son d'un violon les fit tressaillir.
- C'est Genest !
s'écrièrent-ils en se regardant avec anxiété ; il revient pour nous tourmenter, nous sommes perdus !
Cependant le violon continuait à se faire entendre, et cette fois il rendait des sons si beaux et si énergiques, que les pressentiments sinistres s'effaçaient comme par enchantement dans l'esprit des prosélytes.
Genest fut accueilli sans défiance. C'était bien le même homme, mais ce n'était plus le même légionnaire : sa démarche était grave, sa parole calme et digne.
- Vous êtes pauvres, dit-il, je le sais ; vous n'avez pas assez d'espace pour croître et prospérer. Suivez-moi à Corny !
.
Épouvantée, l'assemblée s'écria :
- A Corny ! C'est donc pour nous faire égorger au pied de l'autel de Jupiter ?
Mais Genest était déjà sorti. Les autres le suivirent, attirés comme par un aimant surnaturel. Une barque reçut la petite troupe et la transporta bientôt sur le rivage opposé.
Ce jour-là il y avait grande fête à Corny : on avait sacrifié à Jupiter, et les autels ruisselaient encore du sang des victimes ; un brillant soleil rendait les maisons désertes. Genest ne pouvait arriver avec plus d'à-propos. Il fit résonner son violon ; les filles, les femmes, les enfants, les hommes, accoururent en masse. "C'est Genest, disait-on de toutes parts, qui nous ramène le plaisir. " Les danses s'organisèrent nombreuses et animées. Genest n'avait jamais si bien joué, les groupes tourbillonnaient devant lui avec délire.
Tout à coup le violon s'arrêta au milieu du plus beau morceau. "Je veux bien, dit Genest aux danseurs étonnés, vous amuser encore, mais tout travail mérite salaire. Qu'aurai-je pour ma peine ? - De l'argent, répondit un prétorien. - Je n'en veux pas. - De l'or, reprit un autre. - Encore moins. - Que voulez-vous donc ? firent plusieurs voix. - Je veux le beau champ de blé qui borde comme une ceinture d'or la forêt de Gaumont."

Il y eut un moment d'hésitation. Mais la musique de Genest était si suave ! si pénétrante ! "Soit, le champ est à vous. " Et la danse recommença avec fureur. Le morceau fini, Genest quitta son instrument. "Jouez, jouez encore !" crièrent les danseurs. "Vous savez bien, dit Genest, que je ne joue plus sans être payé. Vous voulez que je continue, j'y consens, mais cette fois il me faut la belle forêt de Gaumont ".
La foule étonnée répéta : "La forêt de Gaumont !" Des murmures s'élevèrent, quelques soldats firent même briller leurs épées. Genest restait impassible comme une statue. Sa musique était si suave ! si pénétrante ! "Dansons pour la forêt de Gaumont !" Et la danse devint une véritable frénésie.
Elle cessa lorsque les danseurs tombèrent haletants et épuisés. Seul Genest restait infatigable. Son magique archet devait triompher de la fatigue ; les groupes se reformèrent plus ardents et plus enivrés encore. Genest fit entendre un prélude si mélodieux, que toute la foule se sentit transportée. "Ce qui me reste à jouer est plus beau encore, dit-il d'une voix tonnante, mais je ne puis continuer si vous ne renversez à l'instant cet autel de Jupiter".
Il se fit un profond silence, la stupéfaction remplaçait l'enthousiasme ; rapide comme l'éclair la stupéfaction fit place à la colère. Des cris d'abord confus, puis des vociférations, le bruit d'armes qu'on apprête, une mêlée effroyable... les prétoriens se précipitèrent sur Genest. Un craquement sinistre arrêta les bras levés : l'autel de Jupiter venait de s'écrouler de lui-même sur sa base détruite. Genest, suivi de sa petite troupe, regagna tranquillement Novéant. Le lendemain il donnait aux chrétiens le champ et la forêt qu'il avait si bien gagnés, et disparaissait pour ne plus revenir.
C'est pourquoi la forêt de Gaumont, située de l'autre côté de la Moselle, appartient encore aujourd'hui à la commune de Novéant, et que saint Genest est le patron du village. La vallée de la Moselle de Metz à Novéant, celle du Rupt-de-Mad, sont remplies du souvenir des Romains. Les débris de toute nature qu'on y rencontre, les dénominations des localités ne permettent aucun doute à ce sujet ; et sans revenir sur Jouy (Jovis ara), sur Corny (cornu), ne voit-on pas que Rupt-de-Mad est presque latin (ruptus de rumpere, renverser, et madidus, humide) et fait allusion à l'impétuosité du petit cours d'eau qu'il désigne ?

1 commentaire:

  1. ben ça alors.... j'suis bien contente de t'avoir lue, j'me coucherai moins ignorante des choses de mon pays ce soir ;) !!

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...