mardi 27 octobre 2009

Les amants de la forêt de Chiny

C'était il y a bien longtemps, quand il y avait encore des fées dans les forêts. Le comte de Chiny n'était pas bien riche, et il aimait la fille du duc de Lorraine. Il n'avait pas la moindre chance d'être reçu. Pensez ! Il n'avait qu'un vieux château tout humide, au milieu de forêts où on ne voyait guère que des charbonniers. La fille du duc méritait meilleur parti.
Un jour, le duc de Lorraine vint avec sa fille et sa suite visiter son vassal, le comte de Chiny. Le comte les reçut du mieux qu'il pouvait, et évidemment il ne pouvait s'empêcher de regarder la fille du duc. A un regard, il a compris que son amour était payé de retour. La fille l'aimait aussi ! mais ça n'arrangeait rien, c'était le duc qui décidait, pas la fille.
Ils se sont parlé, le comte et la fille, et ils se sont enfuis dans la forêt, au plus profond, aussi loin qu'ils pouvaient. Là, ils ont rencontré une fée. la fée le sa pris sous sa protection, elle leur a fait apparaître un magnifique château qui n'était visible que d'eux seuls. Alors, pendant des mois et des mois, les deux amoureux ont vécu dans le château. De temps en temps, la fée passait les voir. Elle se plaignait des évangélisateurs qui pénétraient son domaine, des forestiers qui commençaient à adorer ce qu'elle appelait un supplicié sur une croix... En disant cela, elle jetait toujours un œil méchant vers la petite croix d'or que la fille du duc portait autour du cou.
Les deux amoureux n'avaient qu'une distraction : la chasse. Un jour qu'ils poursuivaient un sanglier, ou un cerf, je ne sais plus, ils tombèrent au milieu d'une troupe de soldats du duc de Lorraine. Les soldats les reconnurent et les menèrent au duc.
La colère du duc était tombée. Puisque sa fille aimait le comte, et qu'elle vivait avec lui depuis des mois, il autorisa le mariage. Que pouvait-il faire d 'autre ?
Ils se sont mariés, et ils ont eu beaucoup d'enfants. Le comte a essayé de retrouver le château de la fée, mais il ne l'a jamais revu, pas plus que la fée d'ailleurs. Lui aussi avait trahi les anciennes croyances, puisque c'est un curé qui avait béni son union avec la fille du duc.
Ce récit recueilli auprès de Mme Maria Pierret, d'Alle-sur-Semois, née dans ce village, en 1906, connaît d'autres versions. Celle-ci, populaire, relie les fées aux croyances pré-chrétiennes, d'où son intérêt.

***
Tiré du livre : La Lorraine des légendes
de Roger Maudhuy
Éditions France-Empire

2 commentaires:

  1. Le comte de Chiny, n'est-ce pas lui le premier à avoir posé la première pierre de la citadelle de Montmédy ?

    RépondreSupprimer
  2. Tu as tout à fait raison Solange, Montmédy fut la capitale du comté de Chiny !!

    En 1285, le comte de Chiny décide d’organiser de grandes festivités. Ce qui à l’époque voulait dire tournoi et joutes. Le lieu des manifestations n’a pas eu lieu à Montmédy même, bien que ce soit le lieu de résidence du comte ou à Chiny (l’ancienne capitale). Mais dans la plaine proche du petit village de Chauvency-le-château.
    (trouvé sur Wikipédia)

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...