mercredi 30 septembre 2009

Le trésor du baobab


Un jour de grande chaleur, un lièvre fit halte dans l'ombre d'un baobab, s'assit sur son train et contemplant au loin la brousse bruissante sous le vent brûlant, il se sentit infiniment bien.
"Baobab, pensa-t-il, comme ton ombre est fraîche et légère dans le brasier de midi ! "
Il leva le museau vers les branches puissantes. Les feuilles se mirent à frissonner d'aise, heureuses des pensées amicales qui montaient vers elles. Le lièvre rit, les voyant contentes. Il resta un moment béat, puis clignant de l'œil et claquant de la langue, pris de malice joyeuse : - Certes ton ombre est bonne, dit-il. Assurément meilleure que ton fruit. Je ne veux pas médire, mais celui qui me pend au-dessus de la tête m'a tout l'air d'une outre d'eau tiède.
Le baobab, dépité d'entendre ainsi douter de ses saveurs, après le compliment qui lui avait ouvert l'âme, se piqua au jeu. Il laissa tomber son fruit dans une touffe d'herbe. Le lièvre le flaira, le goûta, le trouva délicieux. Alors il le dévora, s'en pourlécha le museau, hocha la tête. Le grand arbre, impatient d'entendre son verdict, se retint de respirer.
- Ton fruit est bon, admit le lièvre.
Puis il sourit, repris par son allégresse taquine, et dit encore :
- Assurément, il est meilleur que ton coeur. Pardonne ma franchise : ce coeur qui bat en toi me paraît plus dur qu'une pierre.
Le baobab, entendant ces paroles, se sentit envahi par une émotion qu'il n'avait jamais connue. Offrir à ce petit être ses beautés les plus secrètes, Dieu du ciel, il le désirait, mais, tout à coup, quelle peur il avait de les dévoiler au grand jour ! Lentement, il entrouvrit son écorce. Alors apparurent des perles en colliers, des pagnes brodés, des sandales fines, des bijoux d'or. Toutes ces merveilles qui emplissaient le coeur du baobab se déversèrent à profusion devant le lièvre dont le museau frémit et les yeux s'éblouirent.
- Merci, merci, tu es le meilleur et le plus bel arbre du monde, dit-il, riant comme un enfant comblé et ramassant fiévreusement le magnifique trésor.

Il s'en revint chez lui, l'échine lourde de tous ces biens. Sa femme l'accueillit avec une joie bondissante. Elle déchargea à la hâte de son beau fardeau, revêtit pagnes et sandales, orna son cou de bijoux et sortit dans la brousse, impatiente de s'y faire admirer de ses compagnes.

Elle rencontra une hyène. Cette charognarde, éblouie par les enviables richesses qui lui venaient devant, s'en fut aussitôt à la tanière du lièvre et lui demanda où il avait trouvé ces ornements superbes dont son épouse était vêtue. L'autre lui conta ce qu'il avait dit et fait, à l'ombre du baobab. La hyène y courut, les yeux allumés, avides des mêmes biens. Elle y joua le même jeu. Le baobab que la joie du lièvre avait grandement réjouie, à nouveau se plut à donner sa fraîcheur, puis la musique de son feuillage, puis la saveur de son fruit, enfin la beauté de son cœur.

Mais, quand l'écorce se fendit, la hyène se jeta sur les merveilles comme sur une proie, et fouillant des griffes et des crocs les profondeurs du grand arbre pour en arracher plus encore, elle se mit à gronder :

- Et, dans tes entrailles, qu'y a-t-il ? Je veux aussi dévorer tes entrailles ! Je veux tout de toi, jusqu'à tes racines ! Je veux tout, entends-tu ?
Le baobab, blessé, déchiré, pris d'effroi, aussitôt se referma sur ses trésors et la hyène insatisfaite et rageuse s'en retourna bredouille vers la forêt. Depuis ce jour, elle cherche désespérément d'illusoires jouissances dans les bêtes mortes qu'elle rencontre, sans jamais entendre la brise simple qui apaise l'esprit. Quant au baobab, il n'ouvre plus son cœur à personne. Il a peur. Il faut le comprendre : le mal qui lui fut fait est invisible, mais inguérissable.

En vérité, le cœur des hommes est semblable à celui de cet arbre prodigieux : empli de richesses et de bienfaits. Pourquoi s'ouvre-t-il si petitement quand il s'ouvre ? De quelle hyène se souvient-il ?


***
Conte africain
Henri Gougaud, L'arbre aux trésors, Ed. du Seuil

4 commentaires:

  1. salut
    un très joli conte
    En fin de compte on est tous pareils on ouvre so,n coeur mais à la première désillusion on le referme en ayant des difficultés à l'ouvrir ensuite
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Bunny le Chti... Oui, je crois qu'on se méfie de plus en plus...
    Et l'on est tous semblables sur ce point !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Quelle sagesse !

    Quand j'ai lu :

    " - Et, dans tes entrailles, qu'y a-t-il ? Je veux aussi dévorer tes entrailles ! Je veux tout de toi, jusqu'à tes racines ! Je veux tout, entends-tu ? "

    Je pensais également aux propos d'un jeune poète-prosateur (C.-F. Ramuz) qui au début du XXème siècle écrivait qu'il voulait "tout" dérober à la langue française... qu'il voulait terrasser et s'approprier tous ses trésors insoupçonnés... son propos était pacifique... (l'homme en question était plus proche du lièvre que de la hyène)... mais l'avidité est bien humaine face à toute richesse dévoilée, quelle qu'elle soit...

    Magnifique conte, chère Mélusine ! Bises & à très bientôt !

    RépondreSupprimer
  4. Le besoin de connaissance nous donne les moyens et l'envie de tout vouloir pour tout savoir...
    Quand il s'agit de langage, de sciences... cela parait naturel... mais lorsque des sentiments sont en jeu ou des richesses matérielles...la hyène en chacun de nous sort...
    Ces contes sont là pour nous en souvenir !
    Bisous Dourvac'h

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...