jeudi 30 juillet 2009

Les aventures du baobab, l'arbre éléphant

Lorsque mes amis africains m'envoyaient des photos de leur pays, j'aimais beaucoup la présentation de cet arbre un peu phénomène que nous autres, Européens, appelons le baobab.

Peut-être, avez-vous eu, vous aussi, la chance de voyager ? Ou alors, vous l'aurez, le monde est si petit, à présent. Ou bien, n'avez-vous pas manqué d'admirer cet arbre sur des photos ou dans des films pour faire, sûrement, la même réflexion que moi :

- Ce seigneur végétal de la brousse ressemble à un éléphant ! Même allure majestueuse et sereine. Bien sûr, l'arbre est beaucoup plus haut que l'animal. Une dizaine de mètres au moins. Mais son tronc grisâtre, à la fois ridé et lisse, fait penser au corps du pachyderme.


Pour son aspect encore plus tranquille et solide que celui des autres arbres, on éprouve envers lui un grand respect. Mes amis sénégalais l'affectionnent particulièrement.
Sa frondaison, un peu éparse comme les poils de l'éléphant, s'étend sur une vaste couronne de 25 à 30 mètres de large, au-dessus d'un pied massif pouvant atteindre plus de 20 mètres de diamètre. Et lorsque le soleil tape, comme il sait le faire là-bas, le voyageur se réjouit de pouvoir y établir à l'aise son campement.


J'avais lu dans mon dictionnaire que mon arbre-éléphant portait le nom scientifique d'Adamsonia, en souvenir d'Adamson, un naturaliste aixois, qui fut le premier au XVIIIe siècle à classer les espèces végétales. Et le dictionnaire qui, pourtant, devrait tout savoir, affirme que le nom de "baobab" est un vocable sénégalais.

Quel menteur, ce dictionnaire ! Allez parler du baobab à un paysan sénégalais. Il vous regardera de ses yeux ronds et, avec la grande politesse qui caractérise mes amis africains, il vous expliquera, en souriant, qu'il s'agit là d'une légende "toubab" (européenne). Au Sénégal, qu'on soit Oualof ou Sérère, on ne désigne jamais le seigneur arbre que par son état-civil d'origine, Gouÿe.


Mais enfin, comme il est des légendes aussi tenaces que les supercheries, pour vous raconter tout ce qui court sur ce magnifique végétal de l'autre côté des Tropiques, j'emploierai le mot de baobab et j'en demande pardon à Son Excellence. Elle est bien au-dessus de toutes ces mesquineries.
Car le baobab, puisqu'il faut l'appeler ainsi, est un arbre généreux.


Je vous disais que les africains l'apprécient beaucoup. Il leur rend de grands services. Bien que son bois très tendre ne vaille pas grand-chose pour le chauffage, à moins d'urgence, et bien qu'il soit aussi trop spongieux pour être travaillé en ébénisterie, on utilise sa cendre comme mordant nécessaire aux teintures à l'indigo naturel. Cet indigo, nous l'admirons dans les impressions des tissus de pagnes, désormais à la mode pour les costumes d'été. Avec la cendre, également, on confectionne un savon très doux.

L'écorce sert à faire de la ficelle, des cordes, des filets et des hamacs. Qu'y a t-il de plus utile que la ficelle ?

La feuille séchée et pilée est employée comme condiment dans les sauces veloutées du véritable couscous. Et la fleur, ne l'oublions pas, y ajoute une saveur incomparable. Elle ressemble à celle de la mauve, puisque le baobab est une mauve géante. Mais oui !

Le fruit mûr et le noyau renferment une sorte de farine blanche très consommable appréciée par des gens que la sécheresse prive de tant d'aliments.

Mais lorsque le fruit est vert, cette grosse noix oblongue renferme un liquide particulièrement frais pour lequel les voyageurs sont souvent reconnaissants. Enfin, la coque peut se transformer en bouteille. Voyez, les utilisations ne manquent pas !

Même les abeilles le savent bien, puisque les vieux troncs, pareils à des éponges, abritent toujours des essaims diligents.


À Madagascar, le baobab fait aussi partie du paysage. Et les gens du sud de l'île, les Bars, vous expliquent que son invention remonte au quatrième jour de la création. Exactement.

En fait, on a trouvé une solution à un problème qui ne pourrait manquer de laisser perplexe le moins curieux :

- Pourquoi le baobab a-t-il un si gros tronc et si peu de feuilles et pourquoi le bananier a de si grande feuilles et pas de tronc ? Hein, dites-le moi ?

Cela revient à se demander pourquoi, en ces temps-là, le Créateur Zanahary, s'ennuyait depuis si longtemps tout seul….


Ah ! Je vois ! Vous vous demandez qui est ce Zanahary. Bon, alors ce soir, je suis un peu fatiguée, mais rendez-vous demain pour la suite de mon histoire… Promis ? Vous serez là ? Moi, j'y serai…



6 commentaires:

  1. c'est passionnant comme toujours chez toi, merci pour tes passages aussi ...

    et petit cadeau, je voulais t'inviter à rejoindre mon nouveau jardin où se trouve ma jumelle, si le coeur t'en dit bien sûr !
    Elle s'appelle Veronig :

    http://clairderose.canalblog.com

    Belle journée à toi douce fée ...

    RépondreSupprimer
  2. Bien sûr que le coeur m'en dit Veronig et j'ai pris plaisir à te noter dans mes liens pour te rendre visite plus souvent !
    Bisous à toi

    RépondreSupprimer
  3. Alors là tu nous tiens en haleine ;-) !
    Avec cet arbre on apprend que la nature touche au divin et que l'harmonie en est peut être la clef ... En somme la nature nous offre toujours le meilleur pour peu que nous lui répondions par le pire et tout est gâché ! Voilà un arbre parmi les arbres qui comme toujours, dans un silence majestueux, nous donne plus que nous lui donnons ...
    Bien la bise.

    RépondreSupprimer
  4. salut
    la personne est vraiment petite à coté de l'arbre
    bonne nuit

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour à toi,
    j'espère que tu vas bien et que tu remontes la pente.
    Figures toi que je connais bien cet arbre, je l'ai visité en 1971. Il y a une immense salle à l'intérieur!
    Bonne soirée.
    Affectueusement. Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Olivier, Martine et Noémie... Comme vous avez raison !!la nature est l'apothéose de l'univers et elle nous le rend bien du moment qu'on sait l'écouter...

    Bunny le chti... mais c'est parce que l'arbre est un géant !! c'est tout de même impressionnant...

    Standley...merci pour tes paroles de soutien ! je crois que les mauvais moments sont en ce moment même, une fois que tous les documents et frais sont terminés... le vide s'installe de plus en plus...
    Tu as vu cet arbre ? et tu as une photo ? Comme j'aimerai voir cette salle à l'intérieur !
    bisous Standley

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...