jeudi 20 novembre 2008

Chanson de croissance


Et pour accompagner votre leçon de jardinage,
Voici la chanson qui favorisera la pousse...

Refrain :
Savez-vous planter les Fées,
Et les Gnomes et les Gnomes,
Savez-vous planter les Fées,
Et les petits Farfadets ?

On les plante dans les bois,
Les p'tits Gnomes, les p'tits Gnomes,
On les plante dans les bois,
On peut les planter chez soi.
Refrain
Poussez mes petites Fées,
Sous la lune, faites la ronde ;
Il est temps de festoyer
Chers Esprits de la forêt !

(Note : Des Humains indélicats ont volé cette chanson ;
Une sombre histoire de choux à ce qu'il paraît...)

Recette pour de l'Engrais Magique


Pour Potager de taille moyenne
(12 à 15 centimètres)

** Un sac de bouse de Dragon
(en vente dans les meilleures épiceries gobelines)

** Un gros diamant brut pilé menu
(Savez-vous que les Humains portent des diamants aux oreilles ?
mais quelle idée ridicule !
Est-ce que je me balade avec des colliers en crottin, moi ?!
ha ha ha)

** Une larme de Licorne
(dites à une Licorne qu'elle a un peu grossi,
et vous aurez une réserve pour vingt ans)

***
Et pour conserver vos Graines de fées et les empêcher de s'échapper,
je vous conseille l'acquisition d'un Grainetier magique...
Il vous faudra le choisir très solide, voire indestructible,
car survivre aux tentatives d'évasion de petites Graines déchaînées
n'est pas de tout repos.

Au bonheur des Ogres


Aux prémices de l'hiver
on voit la féerie
concocter un banquet
pour d'étranges mal lotis.

De la fée au Lutin
toutes et tous rivalisent
de générosité
envers ces affamés.

(Même le Petit Poucet
apporte quelques miettes...)

Quand enfin ils arivent
ils font trembler la terre
de leurs talons balourds
où niche leur estomac.

(Mais qui sont ces convives ?!)

Ils ont beaucoup maigri
ils vont se rattraper
mangeant pour une année
en l'espace d'une nuit

Et les Ogres - c'est bien eux !-
de rêver du vieux temps
où les pauvres perdaient
en forêts leurs enfants...

***
Tiré du Petit Bêtisier Féerique
Texte : Renaud Marhic avec Joëlle Rose
Illustration : David Roussel


Les animaux fantastiques

Les dunes de Normandie sont hantées par des êtres surnaturels.

Les muletiers qui traversaient celles de la Manche rencontraient le Moine trompeur, qui assis sur une pierre, montrait des piles d'or et proposait au passant de lui jouer son âme : il avait des cartes qui gagnaient toujours.

A Carteret était un esprit qu'on appelait le Criard. La veille de quelque tempête, un homme dont personne n'a jamais vu le visage, enveloppé d'un manteau brun, et monté sur le dos nu d'un cheval noir, à tous crins, parcourait les mielles et les rochers, en les emplissant de cris sinistres. Ni sable mouvant, ni varech glissant, ni fosse d'eau, ni pic de rochers n'arrêtaient le vagabondage rapide de cet homme et de son cheval noir, dont les fers, rouges comme s'ils sortaient d'une forge infernale, ne s'éteignaient pas dans l'eau qui grésillait et qui fumait noircie, longtemps après qu'ils l'avaient traversée.

Près de Saint-Jacut (Côtes du Nord) un âne rouge, qui n'était autre qu'un ancien seigneur métamorphosé pour ses méfaits, se promenait sur les mielles. Les muletiers rencontraient sur les dunes de Normandie, la mule d'égarement qui se laisse monter par le premier venu, puis disparaît pour toujours avec lui, et ils entendaient le grelot maudit tinter au-dessus des vagues en entraînant le voyageur aux abîmes.

***
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...