lundi 23 juin 2008

Taguée par Kri






Un tag de Kri

Entre fées, on ne peut s'y soustraire... aussi, je vous ouvre la porte de mes petits secrets

1 **Il s'agit de se saisir du livre le plus proche, de se rendre à la page 123 et de copier ici la 5ème phrase et les 3 suivantes :

" Le jeune chevalier jetait de temps en autre un bref coup d'oeil à la reine des hauts-elfes, qui regardait le nain avec un sourire indéfinissable, en se tenant parfaitement droite. Cela ne voulait rien dire...Liliane pouvait aussi bien être en train de somnoler tout en gardant les yeux bien ouverts.
Freïhr, lui, ne s'embarrassait pas de convenances.."
(La trilogie des elfes - L'intégrale [Le crépuscule des Elfes - La nuit des Elfes - L'heure des Elfes] de Jean-Louis FETJAINE)
C'est le livre le plus proche, mais je n'en ai pas encore commencé sa lecture !



2 **Après le côté littéraire voici le côté culinaire

1- Un aliment que je n'aime pas : la viande rouge et la volaille (en fait, je n'aime pas trop la viande, même si je ne suis pas végétarienne !)
2- Mes trois aliments préférés : les pâtes à la carbonara que nous fait Aby - les fruits de mer - TOUS les fruits rouges
3- Ma recette favorite : mon pâté maison (que je vous livre ci-après)
4- Ma boisson préférée : le thé à la menthe
5- Mon meilleur souvenir culinaire : recevoir les amis ou la famille autour d'un barbecue, dans le jardin... C'est simple mais quelle fête à chaque instant !
6- Une recette simple : voilà une salée
ici et une sucrée ici

3 **La tâche la plus ardue maintenant : transmettre ce tag culino-littéraire
Qui veut ?...

Je ne suis pas trop pour les tags mais celui-ci est sympa
Aussi, j'adresse ce tag à

**Aby

et à tous ceux et celles qui souhaitent nous faire découvrir un petit bout d'eux-mêmes...
Merci de nous en avertir auparavant !
Bisous fées, lutins, elfes...

***
Image tag de mon amie Tinnad
Partez à la découverte de ses merveilleuses créations !


Alimane Dorenis Roche Forte


Esprit ailé de la belladon - Cour Seelie
Faëe des Lumières

Alimane était une augure à nulle autre pareille ; elle connaissait d'instinct le langage de la nature et celle-ci lui montrait tous les chemins possibles de l'avenir, comme autant de pistes argentées et irridescentes. Il lui suffisait de regarder la marbrure d'une plume trouvée sur le sol pour savoir qu'une armée approchait, mais elle y lisait aussi le nombre de cavaliers et de fantassins, l'endroit où elle se trouvait et à quel moment elle traverserait la forêt. Le souffle du vent, l'odeur de la terre humide à cet instant précis et les ombres que formaient les nuages dans les frondaisons lui indiquaient comment la détruire.

La naissance d'Alimane fut célébrée comme un événement exceptionnel en Faërie. Elle se nomma elle-même quelques instants après qu'elle ait ouvert les yeux, et l'on vit qu'elle tenait dans ses poings serrés une abeille bourdonnante et une baie d'un noir bleuté et brillant. Elle écrasa la baie et s'en peignit les yeux sans nulle maladresse, puis plaça l'abeille dans sa bouche et l'avala. Son père lui offrit comme présent un morceau de ciel tombé sur la terre, une clairière immense au coeur de la forêt, d'où elle pourrait observer la course dans le sétoiles. Quant à sa mère, elle lui présenta un torque d'argent dans lequel elle avait emprisonné de parcelles de nuit, des rêves et des sortilèges pour accroître ses pouvoirs. Alimane sourit au premier présent, et son regard se couvrit d'ombres quand on lui attacha le lourd torque autour du cou. Kenrie Rylannon, le forgeron qui avait ciselé le collier, s'approcha alors de l'enfant : un scarabée s'enfuit sur sa gauche et en regardant la façon dont l'herbe ployait sous ses pas, elle sut qu'il serait sa lumière et sa perte. Il décrocha un de ses instruments de joaillerie de sa ceinture et prit doucement le visage d'Alimane entre ses mains, puis il grava près de son oeil une marque sanglante et mystérieuse. Elle le regardait sans esquisser un mouvement souffrant déjà, et l'aimant déjà d'un amour trop profond, trop immense pour ce monde.
Kenrie repartit vers ses feux et ses armes, et Alimane ne le revit pas pendant vingt années, bien que son coeur ne l'ait jamais oublié.

Sa clairière près des étoiles était protégée par des sceaux puissants de la venue des hommes et un charme ancien l'entourait, qui incitait les chevaux à s'en détourner. Les Faëes venaient lui demander conseil en stratégie, en amour ainsi que dans tous les autres domaines où l'avenir était en question, et aussi pour lui demander les baies noires qui poussaient en buissons tout autour de sa demeure. Celles-ci provoquaient la mort aussi bien qu'un oubli profond, et pouvaient faire surgir des images fantastiques aux yeux de qui savait les utiliser. Alimane s'en peignait les yeux chaque jour comme un talisman, mais son coeur savait que nulle magie en la protégerait contre son propre Fléau.

Celui-ci se présenta un soir d'automne, inchangé et plein d'assurance, rayonnant de gaieté et portant avec lui une lumière presque aveuglante. Il pénétra les sceaux magiques de la clairière comme si ceux-ci avaient été conçus pour le laisser passer et quand il s'approcha d'Alimane, elle vit qu'il avait ceint autour de sa taille une guirlande d'épines, telle qu'on revêt en Faërie pour demander fiance. Celles-ci étaient ornées de baies sombres et les longues épines étaient rougies de sang, comme une réparation du visage marqué d'Alimane.

Il approcha la main de ses outils de forge, mais cette fois, il se saisit d'un objet étrange qu'il remit à la jeune fille : un oeuf d'argent, poli et étincelant. Celle-ci le saisit et la coquille se brisa aussitôt dans un son cristallin, libérant un petit serpent laiteux qui s'enroula autour du doigt d'Alimane. Sous le serpent se trouvait un papillon endormi, couleur d'écorce, qui s'envola alors très haut dans le ciel. Alimane le suivit des yeux jusqu'à ce qu'il disparaisse. Elle ne vit pas le serpent la mordre, mais sentit alors pénétrer en elle le véritable présent de Kenrie : l'Espoir et les Promesses, les Chants et la joie d'être simplement en vie envahirent la jeune fille, en même temps qu'elle perdait sans le savoir son don de prémonition.

A contrecoeur, elle détourna les yeux du ciel, craignant de lire dans les taches de sang ou dans les débris d'argent l'annonce d'un désastre à venir, qui viendrait éteindre ces sentiments nouveaux.
Elle regarda les épines, puis la coquille de l'oeuf, et le petit serpent qui s'enfuyait entre les herbes hautes. Et tout cela n'avait plus aucun sens.
Et tout cela était d'une beauté stupéfiante. Elle leva alors ses yeux sombres vers le visage radieux de Kenrie. Celui-ci était comme un mystère. L'avenir qu'il portait en lui était un mystère.
Pour la première fois, un sourire véritable se forma alors sur les lèvres d'Alimane.

Votre nom en langue des Hobbits


Et voici maintenant votre prénom et nom en langue hobbit :


Pour Mélusine Fairies, cela donne :
Tigerlily Loamsdown

Et pour mon nom dans la vie réelle :
Orangeblossom Chubb of Deephollow

ATTENTION : Il semblerait que ce lien soit corrompu !
Aussi, je vous en confie un autre :
Vous y trouverez des noms pour
les nains, le shobbits, les elfes, les magiciens et les humains !!
***

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...