lundi 16 juin 2008

Le miel des fées


Ramassez une brassée de pétales de roses (rouges si possibles)
et jettez-les dans 1/2 litre d'eau bouillante.
Laissez bouillir 10 bonnes minutes.
Ecrasez le mélange au moulin ou au mixer et remettez le à bouillir pendant 10 autres minutes.
Ajoutez 800 g de miel non exposé à la lumière du jour (boîte opaque) et mélangez bien le tout. Versez le mélange dans des bocaux à confiture.
Ajoutez quelques pétales de rose et fermez les bocaux.

Ce miel des fées est à prendre en cas de :
- mal de gorge
- refroidissement
- fatigue
- baisse du moral, langueur, spleen


Les Fées de l'été

Aussi vrai que pour Collin de Plancy : "Nos fées ou fades (fatidicae) sont assurément les druidesses de nos pères", selon Edouard Brasey, autre elficologue chevronné : "Le mois de mai est le mois des fées".

La messe est dite. Toute la messe ? Que nenni ! C'est vrai que ces personnages nous apparaissent souvent aux premiers beaux jours. Ou plutôt aux premières belles… nuits. Car c'est précisément celle de Beltaine -le "feu de bel" en irlandais, qu'elles choisissent pour se montrer aux hommes.
Or, Beltaine célèbre aux environs du 1er mai l'entrée dans la saison lumineuse : l'été celtique…
Ambiguës, autoritaires, tyranniques, susceptibles, égoïstes, égocentriques, caractérielles, amoureuses, insatiables, jalouses et possessives comme la Viviane de Merlin, les fées n'en sont pas moins attachantes.

A présent que les hommes ont coupé les aubépines qui les abritaient, ces korriganed, comme les nomme La Villemarqué, semblent entrées dans une drôle d'hibernation. Pourtant, leur domaine de prédilection n'est-il pas Avalon, l'île des pommiers chargés de fruits de la Connaissance, où le temps est suspendu, où la vie n'est qu'un perpétuel été, où la jeunesse et la beauté sont éternelles ?

Ce monde-là s'est-il définitivement perdu en même temps que fut englouti la mémoire des Celtes ? Pas si sûr. Certains murmurent même que, ici, au bord du monde, qu'en les attendant avec le respect dû aux êtres très anciens, près d'une allée couverte, dans la nuit la plus magique de l'année, et surtout, en s'adressant à elles dans leur langue : le breton, les plus chanceux auront le bonheur d'apercevoir des fées.
Et peut-être, qui sait ?

***
Source : Thierry Jigourel - Les fées, éditions Soleil Celtique

Vitrail


Ces petites fées de Cendrillon, dans un vitrail ?
Oui, mais à Disneyland !!!

Châteaux construits par Mélusine

En Poitou, on fait remonter à Mélusine, la construction de plusieurs châteaux ; elle y travaillait elle-même au clair de lune, de minuit au chant du coq, apportant les matériaux dans son tablier de mousseline ; comme les habitants de Pouzauge (Vendée) s'étonnaient de trouver les murs plus avancés chaque matin et de voir la bâtisse marcher vers son achèvement, sans le concours d'aucun ouvrier, l'un d'eux se cacha dans les brouissailles en face de la tour carrée, alors bien près d'être finie ; à minuit sonnant, Mélusine apparut et se mit à monter le ciment et les pierres ; mais elle aperçut l'importun, et furieuse d'avoir été découverte, elle disparut en criant :
Pouzauge, Tifauge, mervent, Châteaumur et Vouvent
Iront chaque an, le jure, d'une pierre en périssant
.

Et depuis, tous les ans, une pierre se détache de chacune de ces forteresses. Elle en a bâti d'autres avec plus de rapidité encore ; il lui suffit de trois nuits pour l'érection du château Salbart ; elle construisit en une seule nuit le château de Lusignan, et les sept tours de Vouvent avec trois dornées de pierres et une goulée d'eau.

D'après une légende recueillie à la fin du XVIIIe siècle, lorsque le borgne de Py-Chabot allait être forcé dans Fontenay, que saint Louis assiégeait à la prière d'un seigneur dont il avait enlevé la fille, on vit s'élever dans les airs la Merlusine à califourchon sur un manche à balai, emportant en croupe Py-Chabot, sa captive, les 799 défenseurs de la place et un gros matou noir. Le balai rapide comme l'éclair va déposer sa charge sur la motte de Vouvent, où Merlusine se hâte de ramasser dans son devanteau de mousseline une dornée de pierres, dont elle bâtit, en virant la main, la grosse tour.


***
Photo : La tour Mélusine à Vouvent (Vendée)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...