vendredi 18 avril 2008

Autres lutins de la terre et des cavernes

LES FANFRELONS
Les fanfrelons étaient vêtus de rouge comme les soldats anglais, ils avaient, noués sur leur front, des foulards rouges avec des taches jaunes. Et le plus étange était qu'ils avaient presque la même taille que les humains, mais qu'ils ressemblaient pourtant à des nains et qu'on ne pouvait les appeler autrement que des nains.
(Wirt Sikes , les Gobelins d'Angleterre)

Les fanfrelons sont des Knockers (présentés dans un prochain billet) fous, ils se démènent beaucoup au fond des mines à creuser, piocher, retourner toute la montagne sans jamais sortir la moindre parcelle des filons les plus ostensibles et débordants.
Lorsqu'une pépite leur tombe accidentellement dans la main, ils vont l'échanger aussitôt au pub le plus proche, et boivent, dansent, forniquent tout ce qu'ils peuvent. Même les chèvres galloises les plus podagres et édentées redoutent les "virées" des Fanfrelons !

LES TELCHINES
Les telchines grecs ou Telchynes noirs sont des Knockers sorciers et forgerons des dieux de l'Olympe dont ils réalisèrent les premières effigies en bronze et quelques instruments fabuleux comme le trident de Poséidon et la faux de Kronos. Leur connaissance de la magie leur permet de se transformer en monstre, en homme, en poisson, en oiseau, en insecte... et de commander aux démons du feu.
Ils vivent dans la fournaise des volcans et forgent à mains nues, maniant la lave et applatissant le métal en fusion de leurs poings. Ce serait un Telchine qui, capturé par des Cananéens, aurait coulé la hideuse statue sacrificielle de Moloch. Ils seraient responsables de nombreuses éruptions volcaniques, mais ne sont pourtant pas des esprits du feu.

LES CABIRES
Ils sont le trait d'union entre les Esprits de la terre et du feu. Ces nains rougeâtres et trapus, armés de marreaux, honorés en Asie Mineure, en Phénicie, en Egypte, dont l'origine se perd dans la mémoire elfique, devraient être d'après Sophus Oehlenschläger (Elverskud) "un genre de ripopée divine mixtionnant semences et sang de Knocker, d'Incube, de Kobolde, de Gnome et de fils de Cyclopes, et judicieusement accouplés afin de veiller, exploiter, trier les pierres fécondes et grasses du Chaos".

LES BERGLEUTES
Ils apparaissent en Allemagne vers le XVIe siècle, uniquement dans les mines de diamant, ne se mêlent pas aux autres nains-mineurs mais vivent en communauté dans de petites chaumines dissimulées dans la forêt, au pied de la montagne où ils travaillent. Gais, généreux envers les faibles, les malheureux, ils accueillaient chez eux les animaux blessés, les vagabonds affamés et les enfants perdus. Il est admis aujourd'hui que les Bergleutes furent les "Petits Hommes" qui hébergèrent Blanche-Neige.




Le Wichtlein

Le Wichtlein fait partie des lutins de la terre et des cavernes.

Il mesure 35 cm, grêle, avec de très longs poils sales qu'ils font exprès de laisser tomber dans le lait. Ses jambes sont rachitiques, sa voix grave.
Bien qu'ils préfèrent aller nus dans leur tanière, les Wichtlein se présentent aux humains vêtus de jaquettes et de bas rouges, un chapeau noir de charbon posé de coin sur leur tête pointue.
Leurs épouses, quant à elles, ne manquent pas de charme. Elles portent des coiffes très hautes en dentelle.
En promenade, ils emportent toujours un bâton ferré qui endort à distance serpents, renards, blaireaux et chats sauvages.

Contrairement au Knocker, si ce Frappeur d'Allemagne du sud ne cesse de piocher dans le roc, ce n'est pas pour guider les mineurs vers les gisements, mais pour effondrer les soutènements, étais et contreforts et leur ébouler toutes les galeries sur la tête.
Certes, ils avertisent les mineurs des catastrophes, qu'ils provoquent eux-mêmes, en imitant des explosions avec leur bouche, mais lorsqu'il n'y a plus personne de vivant !
On les trouve parfois bizarrement rangés à côté des nains familiers et domestiques. Pourtant, si par la suite, quittant les carrières humides, ils se sont établis sous les caves des maisons, ce fut toujours aux dépens des hommes pour les tourmenter de toutes les façons : leur soudant, la nuit, une queue de vache au derrière, des oreilles de porc au front, renversant les lits et la vaisselle, allant jusqu'à saper les fondations et précipiter la demeure à bas !
Ils sont très proches des Putzen, véritables furoncles des habitations paisibles.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...