mercredi 2 avril 2008

Printemps


Loin dans la forêt, à côté d'une mare bordée d'un muret en pierre, se tient un vieux chêne, un géant à l'écorce rongée.
Il a survécu à un nouvel hiver mais ses sept branches, larges comme des troncs se font lourdes et cassantes.

Quand le vent souffle, il a l'impression d'être écartelé, son cœur creux gémit et craque. Il a perdu toute notion de temps depuis des années mais il sait qu'aujourd'hui c'est le printemps car la Dame fée est venue.
Elle est nue et sa peau est d'un vert pâle. Elle pose sa joue contre l'écorce abîmée. Elle lui parle d'un temps oublié et il se rappelle.
Il se rappelle les druides, les korrigans, les chants anciens des hommes. Ses bourgeons poussent, sa sève grimpe le long de son tronc, ses racines raffermissent leur prise dans le sol rocailleux.
Il reprend vie.

Puis, la Dame fée s'en va.

Elle ne reviendra qu'au printemps prochain, si ses vieilles branches noueuses survivent à un hiver de plus.

Nicolas Jarry
Collection : les fées ; éditions Soleil Celtic

LE GRAOULLY (légende messine)

Maison située dans la rue Saint-Pierre, dans le quartier du Sablons, à Metz

Dragon effroyable, aux proportions gigantesques, qui répandit dans la cité messine la terreur, l'épouvante et la mort. Il fut vaincu par Saint-Clément, premier évêque de Metz, en l'an 47 de notre ère.

Qui est le Graouilly ?
On l'appelle aussi le dragon de Saint-Clément ou le serpent de Metz. Les premiers chrétiens qui portèrent l'Evangile en Lorraine personnifièrent tous le faux dieux sous la forme d'un épouvantable serpent, qu'ils appelèrent le Graoully, de l'allemand "Graulich" : effrayant.

A-t-il vraiment existé ?
On a retrouvé des ossements dans l'argile et la craie jusqu'aux portes de Metz. Selon certains savants ce serait un ichthyosaure, autrement dit un "poisson lézard" dont certains représentants mesuraient plus de 10 mètres. Certains esprits crédules ont peut-être pensé qu'un ichthyosaure géant survivait quelque part dans les marais.

Les moines ont fait disparaitre cette superstition
Au XIIème siècle, la Lorraine était partiellement couverte de forêts humides et d'immenses marécages propices à toutes les créatures de l'eau dormante. Quelques sources étaient salées comme un mystérieux cadeau des dieux. Alors les moines et les seigneurs défrichèrent la forêt. Ils construisirent de grands étangs pour assécher les terres et permettre leur mise en culture. Les dieux et les déesses barbares s'effacèrent devant la domestication de l'eau.

Il vivait à Metz

Metz (prononcez messe !) existait déjà il y a 3 000 ans. Les romains en firent une grande ville, la plus importante de l'Est de la Gaule, véritable carrefour des cultes païens. A noter que Saint-Clément s'agenouilla sur la colline de Gorze, dominant Metz : une pierre porte encore l'empreinte de ses genoux.

Saint-Clément est donc vraiment venu à Metz
C'était vers la fin du XI ème siècle. On dit que c'est Saint-Paul lui-même qui l'envoya christianiser le peuple de Metz dont il devint plus tard le premier évêque : il fut bientôt l'auteur de grands prodiges.

Il l'a noyé dans la Seille
Saint-Clément est venu le chercher seul dans l'amphithéâtre romain où il se prélassait. Rien qu'à le regarder, il est devenu doux comme un agneau. Il lui a attaché son étole autour du cou et les voilà partis sur les bords de la Seille. Les premiers écrits relatifs à ce miracle datent du XIème siècle.

Sur les traces de la légende à l'ouest
Dans le département de la Meuse, on aperçoit la Woëvre ; cette plaine porte le nom d'une célèbre cousine : la Vouivre, un terrible serpent ailé dont l'œil unique est un diamant.

A Metz
- La rue Taison rappelle le temps où il semait la terreur dans la cité, quand il planait au dessus des toits à la recherche d'une proie. Il parait que c'est dans cette rue que se cachait les villageois en disant "Taisons nous ! Le graoully arrive!". D'ailleurs depuis 4 ans, un graoully fait de plastique trône au milieu de la rue, suspendu en l'air par des files d'acier !!
- La gare, construite sur l'emplacement de l'amphithéâtre romain : on raconte que sa toiture est faite d'écailles de sa cuirasse.
- Au numéro 10 de la rue Chêvremont, sur la maison du serpent, une petite sculpture le représente dans la pierre, la plus vieille connue à ce jour

A la cathédrale Saint-Etienne
- Regardez le portail de la Tour de la Mutte : c'est lui là, derrière Saint-Clément qui commence à baptiser les Messins.
- Allez voir le portail de la Vierge : Saint-Clément y est représenté en évêque de Metz : il est tout petit à ses pieds, l'air misérable.
- Descendez à la crypte : voici son effigie qui était promenée en ville, chaque année .

Le défilé du Graouilly
C'est une tradition qui semble remonter au XIème siècle. Il défilait à l'occasion des Rogations, prières publiques accompagnées de processions faites pendant les trois jours qui précèdent l'ASCENSION.
C'était le maire de Woippy qui présidait la comparse des porteurs du dragon et des bannières. Les deux premiers jours, il ouvrait triomphalement le cortège : il effrayait la foule. Le troisième jour il traînait derrière le clergé avec ses porteurs de bannières, l'air pitoyable et vaincu. Enfin à la dernière station de la procession les enfants le fouettaient et lui jetaient des pierres.
Les autorités religieuses supprimèrent le cortège du Graoully à la fin du XVIIIème siècle. Il apparaît une fois en 1850 et sa dernière sortie publique eut lieu en 1919 à l'occasion de la cavalcade du Mardi Gras.





Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...