mardi 1 avril 2008

Poissons enchantés


Les poissons enchantés qui jouent un rôle dans les contes des marins et des pêcheurs, figurent rarement dans les légendes des eaux dormantes. Celle qui suit a été recueillie en Haute-Bretagne.

Autrefois, les filles et les garçons allaient pêcher dans les étangs du Guéribriand (Côtes-du-Nord)), où se trouvait un poisson merveilleux, et qui était fée ; il était si brillant qu'il éclairait autour de lui comme dix chandelles de résine. On n'essayait pas de le prendre, mais ceux qui avaient la chance de le voir étaient heureux pendant une année entière, et ceux qui parvenaient à mettre un doigt dans l'eau éclairée par ses rayons l'étaient toute leur vie.
Une nuit, un méchant résolut de s'emparer du poisson, croyant que sa possession lui procurerait des richesses infinies. Il en fut puni, car il se noya ; mais depuis lors on n'a pas revu le beau poisson de lumière ; on prétend qu'il a entraîné sous l'eau celui qui avait voulu le prendre ; la preuve, c'est qu'on n'a jamais retrouvé son corps, et que pendant des années, l'eau est restée noire à l'endroit où il avait disparu. Sûrement c'était la porte des eaux souterraines qui ne voulait pas se fermer et demandait d'autres victimes. Depuis le poisson-fée ne s'est plus montré, mais dans le pays on croit qu'il reviendra quand le monde sera meilleur qu'au jour d'aujourd'hui.

On ne parle guère de pêcheurs fantastiques ; pourtant on dit qu'un homme de feu vient pêcher dans le lac de la Maie, dans les Vosges, qui est l'objet de plusieurs légendes merveilleuses
.


Particularités de poissons fantastiques


Les particularités des poissons qui vivent dans les eaux dormantes sont l'objet de plusieurs croyances singulières. Le lac de Paladru, disait un voyageur du XVIIe siècle, produit un poisson extraordinaire qu'on nomme Dorada, à cause de ses écailles dorées qui sont si éclatantes qu'elles éblouissent presque la veüe. L'écume de ce lac étant jetée dans des étangs ou dans des rivières y engendre toute sorte de poissons.

Le lac de Boelchen en Alsace est peuplé d'une foule de poissons bizarres et effrayants, dont le plus curieux est une énorme truite qui porte un petit sapin sur son dos, tout couvert de mouse.
On assurait jadis que l'Étang Noir contenait de grandes truites, douées de surprenantes propriétés : mises à frire dans une poêle, elles sautaient et s'échappaient par la cheminée ; on croyait que c'étaient des démons.
Si on jette la ligne dans un des Lahgi d'Inferno de la région niçoise, au lieu d'un poisson on ramène une grenouille monstrueuse, qui peut avaler le pêcheur ou l'entraîner au fond de l'eau.

D'après une tradition rapportée au commencement du XVIIe siècle, la santé de certains poissons était en relation avec celle des possesseurs de l'étang, dont ils étaient en quelque sorte le double.
Au monastère de Saint-Maurice qui est situé aux confins et limites de Bourgogne près du fleuve du Rhosne, il y a un vivier auquel selon le nombre de moines on met autant de poissons : que s'il arrive que quelcun des religieux tombe malade on verra aussi sur le fil de l'eau un de ces poissons qui nagera comme estant demi mort, et si ce religieux doit aller de vie à trépas, ce poisson mourra deux ou trois jours devant lui.
***
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...