mercredi 5 mars 2008

Pouvoir des oeufs

Les oeufs avec lesquels on a formé des colliers constituent des espèces de talismans.

Dans la Creuse, le jour du Carnaval, on enfile toutes les coques que l'on a conservées et on les suspend à la cheminée, pour empêcher les poules d'être dévorées par le renard.
A Trefflagat, dans le Finistère, quand les chevaux sont tourmentés par les C'horriquets, on pend dans l'écurie un chapelet d'oeufs de poules avec lequel les lutins vont jouer, laissant les chevaux tranquilles.

Le premier oeuf pondu par une poulette confère plusieurs privilèges à celui qui le mange ; dans les Vosges, il fait devenir l'enfant bon chanteur.
En Poitou, il le fait parler de bonne heure.
Aux environs de Dinan, celui qui le mange est assuré de n'avoir aucune maladie pendant sept mois ; quelques personnes gardent aussi ces oeufs pour les donner aux jeunes femmes et les rendre fécondes.

Les croyances à l'influence des oeufs sur l'amour n'ont guère été jusqu'ici relevées que dans les Côtes-du-Nord ; mais il est vraisemblable qu'on retrouverait ailleurs les superstitions qui suivent :

Une femme qui mangerait dans la même journée sept oeufs semblables serait sûre de devenir mère sans l'intervention d'un homme.
On recommande de ne pas donner d'oeufs à manger aux jeunes filles.
Le jaune d'oeuf rend les hommes amoureux.
Dans les Landes, si une jeune fille ou femme mange un oeuf à deux jaunes, elle aura des couches multiples ; en Haute-Bretagne, c'est un présage de prospérité.

Suivant l'époque de la fête chrétienne à laquelle ils ont été pondus, les oeufs possèdent, outre les privilèges dont il a été parlé, d'autres propriétés. On disait au XVIe siècle que ceux pondus après la nouvelle lune d'août ou à défaut de la lune de novembre, ceux du jour de Noël et de l'Ascension ne se corrompaient pas facilement. Ceux du vendredi saint, d'après une croyance marseillaise, se conservent deux ou trois ans ; en Hainaut, ils restent toujours frais ; en Corse et dans le Mentonnais, on assure que ceux du jour de l'Ascension ne pourrissent pas ; d'après les paysans de l'Albret, de l'Allier, des Vosges et du Hainaut, ceux pondus entre les deux fêtes de la Vierge se conservent indéfiniment.

Ces oeufs, et en première ligne ceux du vendredi saint, possèdent de nombreuses vertus ; en Auvergne, on se préserve des fièvres en les mangeant à Pâques ; en Lorraine, en Bourgogne, ils garantissent de cette maladie pendant un an, sans qu'il soit nécessaire d'observer un jour déterminé, mais dans les Ardennes, ils doivent être absorbés à jeun. Dans l'Allier, ils préservent les enfants des coliques ; dans l'Yonne, ils mettent à l'abri de cette maladie ceux qui les mangent à Pâques ; à Marseille, ces oeufs, lorsqu'ils ne sont ni desséchés ni corrompus, sont efficaces comme le flux de ventre ; dans les Vosges, ils préservent de l'hydrophobie (rage).

A Saint-Dié, celui qui mange un de ces oeufs n'a pas à craindre la mort subite ; dans l'Aube la maison qui en possède un est à l'abri de la foudre. Dans les Vosges, on est persuadé que, jeté sur le faîte d'une maison atteinte par le tonnerre, il arrêterait imméditament les progrès du feu ; dans les Ardennes, dans la Meuse, en Wallonie, pour éteindre un incendie, il suffit d'en lancer un au milieu des flammes. En Corse, les tempêtes ou les orages violents ne tardent pas à s'apaiser si on met sur la fenêtre un oeuf pondu le jour de l'Ascension ; si on le jette dans une rivière l'effet est encore plus immédiat.

et si vous souhaitez prendre connaissance des oeufs et de la sorcellerie, rendez-vous sur les grimoires d'Abigail....

Etang créé par l'urine de Gargantua

Les géants, les héros et les personnages surnaturels figurent aussi parmi les créateurs de nappes d'eaux stagnantes.

C'est Gargantua qui "en expulsant le superflu de la boisson" a formé le bel étang de Jugon (Côtes-du-Nord) et ceux d'Ouée et d'Andouillé en Ille-et-Vilaine.
Un étang, voisin de Reulaxer (Franche-Comté), se nomme la Goutte du géant, parce qu'il doit son origine à une goutte d'eau tombée de la main d'un géant qui venait de boire.
On dit dans les Alpes vaudoises, que lorsque Gargantua passait par les champs labourés, l'empreinte de chacun de ses pas faisait une pièce d'eau.
Au sud de Lourdes, les petits étangs de Vivier Lion ont été produits par le pied ou le genou de Roland désarçonné.
Le lac de Genève est l'oeuvre de Gargantua, qui le créa pour faciliter la sortie du Rhône ; des fées qui l'habitaient autrefois formèrent le lit du vaste étang de Huelgoat (Finistère) ; d'autres fées, en punition d'une désobéissance à leur supérieure, furent condamnées à creuser en une nuit l'étang de Graphard, en Ille-et-Vilaine.

Dans un conte facétieux du même pays, une fille naïve, ayant cru que son confesseur lui défendait d'uriner pendant quinze jours, s'accroupit au bout de ce temps, et se soulagea pendant trois heures au pied du château de Combourg ; toutes les pierres du coteau roulèrent dans l'étang et formèrent le barrage qu'on voit encore aujourd'hui.
Dans le Jura, c'est le diable auquel une belle dame promet de se livrer s'il creuse le bassin d'un lac dans un temps déterminé ; Satan acheva la belle pièce d'eau de la Grange à la Dame ; mais quand il s'approcha pour saisir sa proie, elle le fit s'enfuir en lui marquant le front d'un signe de la croix.
En Corse, le lac de Cinto doit son origine à la baguette d'une fée qui, pour désaltérer un roi mourant de soif sur la montagne, en frappa un gros rocher, d'où jaillirent les sources abondantes qui l'ont formé et l'alimentent.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...