dimanche 24 février 2008

Les géants et les montagnes

Le peuple ne cherche guère à expliquer par des légendes la formation des grands massifs, et ils lui semblent remonter aux temps lointains de la création générale.

Cependant, on raconte dans le Luxembourg belge que des géants, qui autrefois habitaient les entrailles du globe, se battirent un jour avec tant de fureur que, sous leurs efforts répétés, la croûte terrestre se souleva en certains endroits : les montagnes sont le résultat de ces boursouflures.

Des traditions plus répandues attribuent l'origine de certains sommets remarquables à d'autres géants qui vécurent à ciel ouvert : lorsque Gargantua creusait le lac de Genève, il avait soin d'entasser les mottes et les rochers sur un point spécial de la rive gauche. Ceux qui voyaient l'amas augmenter à vue d'oeil criaient de temps à autre : "Eh ! ça lève !" et c'est cette exclamation qui aurait fait donner le nom de Salève à cette belle montagne constituée par les débris accumulés par le géant.
Cette étymologie est sans doute purement fantaisiste ; mais on trouve en Beaujolais le parallèle de la légende : les pierres que Gargantua tira du lit de la Saône lorsqu'il l'approfondissait, formèrent, en s'amoncelant, le mont Brouilly.
En Bretagne, le géant Hok-Braz construisit en s'amusant la chaîne d'Arrée, depuis Saint-Cadou jusqu'à Berrien, et il y planta même le mont Saint-Michel de Brasparts.

Méthodes classiques pour préparer les plantes magiques

La consommation des plantes fraîches
Certaines plantes comestibles, comme la menthe poivrée, la lavande, le souci ou le thym, par exemple, apportent un grand nombre de bienfaits si elles sont consommées sans altération d'aucune sorte juste après la cueillette, après avoir été soigneusement brossées et essuyées. (comme les champignons).

Ce procédé permet aussi, bien sûr, de profiter de leurs saveurs, parfois délicieuses comme celle de l'aspérule au subtil goût de vanille !

La décoction
La décoction permet de faire éclater l'enveloppe protectrice des plantes qui libèrent alors leurs vertus médicinales et magiques dans l'eau : porter à ébullition les plantes fraîches (une cuillère à soupe par tasse d'eau environ) et couvrir. Laisser frémir de quelques minutes à une heure selon la plante et l'effet désiré. Laisser éventuellement macérer quelques minutes avant de flitrer à travers un morceau de tissu ou à l'aide d'une petite passoire en osier. Les décoctions sont souvent assez amères, mais d'une grande efficacité pour certaines affections.

La teinture-mère
Réservée au spécialiste, cette technique a le grand avantage d'utiliser très peu de plantes pour une efficacité optimale. Broyer la plante dans un mortier et la mélanger avec le double de sa quantité en vin ou hydromel (l'alcool libère des principes actifs non solubles dans l'eau et permet la conservation de la plante). Verser dans un bocal en verre, à l'abri de la lumière et laisser macérer une lune en agitant le bocal, tous les deux jours environ. Filtrer et mettre en bouteille ; consommer à petites doses.

Les tisanes ou infusions
Ce moyen très répandu permet de profiter agréablement des propriétés des plantes riches en huile aromatique : verser de l'eau de source frémissante sur les simples broyées, puis retirer du feu en couvrant la préparation. Laisser infuser dix à quinze minutes. On compte environ une cuillère à café de plantes séchées par tasse d'eau, et trois portions de plantes fraîches pour une portion de plantes séchées.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...