mardi 19 février 2008

Le monde de la féerie (2)

Les fées sont les esprits de la nature, du vent, des saisons, et surtout du monde végétal : arbres, fleurs, plantes aquatiques... L'urbanisation et la pollution leur ont porté un coup très sévère. Ne tenant plus à croiser le chemin d'hommes qui les respectent si peu, elles préfèrent se terrer dans quelques lieux encore préservés. Elles craignent trop de ne pouvoir survivre dans un monde privé du sens de la beauté et envahi par les nuisances.

Âme
Les fées n'ont pas d'âme et à ce titre ignorent le bien et le mal. Elles agissent selon leurs désirs, et le plus souvent en fonction de la nature, afin que le cycle végétal se déroule harmonieusement. En général, bien qu'elles soient dépourvues de conscience morale, elles ne veulent pas de mal aux humains. Au contraire, elles leur accordent volontiers certains dons ou avantages. Néanmoins, une fée, si elle le désire vraiment fort, peut acquérir une âme en épousant un humain. Dans ce cas, elle doit renoncer à ses pouvoirs magiques et connaître le déroulement normal d'une vie humaine : avec les plaisirs de l'amour, mais aussi les tourments de la souffrance, la vieillesse et la mort...

Bonté
Dans de nombreuses légendes, des fées sont conviées pour être les marraines d'un nouveau-né et lui accorder certains dons, en guise de cadeau de naissance. Ainsi, dans La Belle au Bois dormant, mais ce n'est pas le seul conte où les fées se révèlent être pour les hommes de tendres alliées ou des marraines aimantes.
Quand des fées habitent une région, il ne s'y produit jamais de tempête, d'averse de grêle, d'inondation ou autre catastrophe météorologique. Les fruits sont toujours beaux et bons, dépourvus de vers. Les récoltes sont abondantes, le bétail en bonne santé...
Si on les aime, les fées sont généreuses et bienfaisantes pour l'homme. Gardiennes de la nature, elles font éclore les bourgeons au printemps, mûrir les blés et les fruits, tomber les feuilles à l'automne et geler les étangs en hiver. Elles sont chargées de la bonne marche des saisons et leur générosité n'est rien d'autre que la générosité de la nature.
Certaines fées sont, en quelque sorte, les patronnes de toutes les fleurs, et de tous les fruits. La fée des roses n'est pas la même que celle du bleuet ou celle du chèvrefeuille, mais toutes sont délicates et aident à l'éclosion. Les fées vertes s'efforcent de vivifier en permanence le monde végétal. C'est là leur tâche principale.

Offrande
Souvent les fées sont versatiles, ou bien il leur arrive d'avoir mauvais caractère. Afin de ne pas les froisser et pour prouver le respect et l'admiration dans lesquels on les tient, rien ne vaut un petit présent que l'on dépose aux endroits qu'elles fréquentent : quelques gouttes de lait, trois épis de blé, un morceau de pain, un pot de miel... il est bon d'accompagner cette offrande d'un petit mot, d'une formule de gentillesse envers les fées. Très sentimentales, elles apprécient toujours l'attention.

Naissance

Les fées ont toujours été associées à la période de l'enfantement, depuis la grossesse jusqu'à la naissance. La fée protège la future mère en train d'accoucher.
Une fois l'enfant venu au monde, elle accorde à celui-ci des dons et des qualités, quelquefois indique même les grandes lignes de sa destinée. L'étymologie y trouve son compte, puisque le mot latin fatum, au pluriel fata, qui a donné le mot fée, signifie justement destin.

La fée Mire, en particulier, est censée jouer un rôle important lors des accouchements. On dit que si on l'a bien accueillie dans la maison de la jeune mère, "cinq jours après, elle s'en va emportant toutes les fièvres qui auraient pu toucher l'accouchée, si bien que celle-ci peut alors se considérer comme sauvée". (N'oublions pas que, pendant longtemps, l'accouchement, était une épreuve difficile qui mettait en grand danger la vie de la mère).
Il est d'usage, au moment d'une naissance, de préparer un repas pour les fées qui vont venir à l'accouchement et accorder des dons au nouveau-né. Ce repas est laissé près du seuil de la maison, ou dans un bosquet, et personne ne doit s'aviser d'y toucher.

Changelin
Quelquefois, les fées enlèvent des enfants humains avant leur baptême, pour les élever dans leur monde et leur offrir des pouvoirs. Ces enfants sont appelés des changelins. Ces rapts partent d'un bon sentiment, mais les parents sont souvent inconsolables. Plus grave, une fois revenus "chez eux", les changelins élevés par les fées se sentent peu à l'aise dans une civilisation assez grossière où ils ne se reconnaissent pas. Ils détiennent des dons spéciaux et savent particulièrement s'occuper des animaux.
Ce sont des êtres bons et rêveurs, qui ne se marient jamais mais jouissent de l'estime générale.


Le monde de la féerie (1)

Les fées logent dans le vent qui agite les feuilles des arbres, dans les fleurs qui embaument au printemps, dans les hautes herbes des prairies, la moussse des sous-bois et la bruyère des landes.

Danse
Tous les observateurs sont formels : les fées passent le plus clair de leurs temps à danser. Ainsi, elles restent en contact étroit avec la terre et la nature, se régénèrent et regagnent en puissance. Si elles ne dansaient pas, il est à craindre qu'elles s'épuiseraient à jouer leur rôle auprès des hommes, perdraient leur substance et disparaîtraient un jour.

Arbre
Les fées ont coutume de danser autour de arbres. L'un de leur préférés est le hêtre, qu'on appelle couramment fayard. Ce nom montre bien qu'il s'agit d'un arbre magique : fayard vient de fay, autre graphie pour fée. Lors de son procès (1431), au cours duquel elle dut se défendre hardiment de l'accusation de sorcellerie, Jeanne d'Arc avoua à ses juges que, dans son enfance, elle allait avec ses amies honorer l'Arbre aux fées, ou Arbre aux Dames, près de Domrémy. C'était un hêtre près duquel, avec ses compagnes, elle tressait des couronnes de fleurs pour Notre-Dame. Elle confia à ses juges "avoir entendu dire, par des gens qui n'étaient pas de sa famille, que des Dames fées y demeuraient". Mais qu'elle-même n'en vit jamais près de l'arbre. Elle dit aussi qu'elle accrochait des guirlandes de fleurs aux basses branches, qu'elle dansait aux abords de l'arbre au moment du mai lorsqu'elle était enfant, mais qu'en grandissant, avec la conscience de sa mission, elle abandonna ce qu'elle considérait comme des enfantillages.

Habitat
Les fées vivent exclusivement en des lieux où la nature est préservée. Elles apprécient plus que tout les bois, les forêts, les clairières, les berges des ruisseaux, mais elles ne dédaignent pas les prairies. Quand elles y dansent toutes ensemble, il se produit sur l'herbe des traces qu'on appelle les "ronds de fées" (ou cercles de fées), et qui sont souvent doublées de ronds de champignons.

Ces derniers servent bien sûr de sièges aux fées, qui doivent de temps à autre se reposer de leur danse...
Mais il existe aussi un royaume des fées : un archipel qu'on nomme îles Enchantées ou îles Bienheureuses. Malheureusement, il n'existe pas de cartes qui permettent d'identifier ces îles et le chemin pour y parvenir. En revanche, tout le monde sait où se trouve l'île de Man, entre l' Angleterre et l'Irlande : les fées y vivent en toute quiétude depuis des centaines d'années.
Une église de l'île, Saint-Trinian, leur sert de lieu de rendez-vous habituel. Elle en comporte pas de toiture : chaque fois qu'on essaya d'en édifier une, elle s'écroula le lendemain.
Les fées adorent cet endroit d'où elles peuvent sortir en s'envolant. Des passages pour accéder au monde des fées existent non loin de nous, ce sont des portes ouvertes sur leur univers mystérieux. Inutile de les chercher, on ne les trouve que par hasard et le retour n'est pas garanti !
Notons qu'il existe quantité d'endroits nommés Roche-aux-Fées, Pont-aux-Fées, Château-des-Fées, Puis-des-Fées. Quelquefois, on nomme les fées Dames, ce mot dans un nom de localité en France, c'est de fées qu'il s'agit (Pont-aux-Dames, par exemple).

Métamorphose
Quelques jours par an, toute fée est contrainte de se transformer en animal ; un animal ordinaire des montagnes ou des forêts. Le destin peut alors la frapper : un piège, un prédateur, une partie de chasse et la voilà prise car, pendant cette période, elle ne peut conserver ses pouvoirs magiques. Il arrive que certaines fées meurent dans l'aventure, transpercées par la flèche d'un chasseur ou dévorées par les loups.

Les demoiselles féeriques

Jusqu'à présent, je vous ai raconté beaucoup d'histoires sur les fées, mais savez-vous réellement qui elles sont ?

Les fées sont des êtres féminins et mystérieux qui possèdent des pouvoirs surnaturels. Elles ne vivent guère parmi les hommes, même si elles croisent quelquefois leur chemin. Bien qu'elles aient des aspects indubitablement humains, elles ne sont pas femmes ou jeunes filles pour autant et l'Eglise les a longtemps combattues en interdisant qu'on les honore dans les clairières ou auprès des arbres sacrés et des pierres dressées. Les fées ont donc pratiquement cessé de se manifester, sauf pour quelques privilégiés, mais elles continuent à exister, discrètes et presque cachées.
Les fées sont généralement bonnes pour les hommes, ce sont des marraines bénéfiques et bienveillantes. Il ne faut pas les effaroucher mais les respecter et les admirer, en osant espérer qu'elles vous voudront du bien.

Portrait

Les fées, qu'on appelle parfois tout simplement les Dames (avec une majuscule) sont des êtres féminins d'une extraordinaire beauté. Nulle femme, nulle jeune fille ne peut rivaliser avec elles en grâce, en charme et en finesse.

La taille des fées est très variable. Certaines atteignent presque celle des humaines et peuvent parfois se faire passer pour telles, d'autres sont minuscules, à peine un ou deux centimètres ! Entre ces deux extrêmes, toutes les tailles sont possibles. Les plus petites des fées sont britanniques, elles se nomment les Pillywiggins et vivent telles des abeilles dans les fleurs des jardins bien soignées. Elles aiment à se confondre avec les plantes ou les fleurs dont elles sont les gardiennes. Les feuilles et les pétales leur servent de parures et leur peau ressemble à celles des plus beaux fruits.

La fée possède un visage ravissant, un peu pointu du menton, de grands yeux calmes, une bouche bien modelée et des dents parfaites. Son teint translucide est juste coloré de rose aux joues et aux lèvres. Ses cheveux longs et bouclés sont blonds et un peu scintillants, à moins que leur couleur ne soit inconnue parmi les hommes : on a ainsi vu des fées à la chevelure clair de lune - un peu bleutée - ou couleur d'herbe nouvelle.
Une fée a le corps mince et délié, souple, gracieux, léger comme une nuée. Toujours jeune, elle semble rayonner. Au sens propre du terme, car souvent la fée est entourée d'une sorte de halo de lumière diaphane ou dorée. Certaines fées portent des ailes : deux grandes, un peu pointues, et deux plus petites, arrondies. Ces ailes transparentes et irisées laissent voir de fines nervures brillantes et colorées.

La vie des fées
Une fée est un être mortel. Elle naît et elle meurt, comme tout être sur terre. Mais la fée offre cette particularité de ne pas connaître de croissance. Une fois née, elle passe instantanément au stade adulte. Avec un atout : elle reste toujours jeune et ne vieillit jamais !
Une fée qui approche de la mort ne devient ni laide, ni voûtée, ni ridée. Elle ne semble pas fatiguée, mais perd peu à peu de sa substance, apparaît diaphane jusqu'à devenir invisible et à se fondre dans le monde astral. Par ailleurs, les fées peuvent parfaitement se marier, et même parfois avec un humain ; il leur arrive aussi de donner la vie après avoir connu une grossesse et un accouchement ordinaires.

Fêtes, dons et voeux
Le premier jour du printemps, les fées participent à une grande fête nocturne au clair de lune. Après s'être régalées d'un festin de mets raffinés, elles dansent toutes ensemble. Leur reine, la belle et majestueuse Titiana, préside la cérémonie et examine tout ce qui s'est passé pendant l'année. Elle réprimande celles qui se seraient mal conduites ou n'auraient pas utilisé leurs pouvoirs à bon escient. Puis, dès que le jour point, les fées disparaissent sans laisser d'autres traces que leurs légers ronds dans l'herbe. Cette fête, ont souligné les chercheurs, n'est pas sans rappeler, en bien plus agréable, le sabbat des sorcières.
Les fées ont quelques pouvoirs propres à faire le bonheur des hommes. Elles peuvent les guérir, les enrichir, les guider vers un trésor, leur offrir l'amour et exaucer leurs souhaits. Les fées possèdent toutes une baguette qui leur permet de réaliser les opérations magiques ou de confirmer les dons et les voeux qu'elles formulent. Inutile de chercher à la dérober : une baguette n'obéit qu'à sa fée et meurt avec elle.
Souvent un homme qui a rendu service à une fée reçoit d'elle un présent qui semble de peu de valeur : quelques épis de blé, des pelures d'oignon, des morceaux de charbon... Il ne faut surtout pas jeter ce cadeau sans prestige, car il a de bonnes chances de se transformer bientôt... et de faire la fortune de son propriétaire.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...