vendredi 4 janvier 2008

Merci pour vos coms

Et n'oubliez pas d'aller visiter les grimoires d'Abigail !
C'est le pays voisin de Mélusine...
Vous y trouverez toutes les histoires de sorcières, les rituels, les lieux ensorcelés, les présages, les secrets des plantes, etc.
Un petit tour s'impose...

Les Margot la fée

Les Margot-la-fée, cousines des fées marraines, sont danseuses par vocation.
Danseuses de lune aux fêtes de la nuit, du sommet des collines ou le long des crêtes, elles dansent à petits pas menus, saccadés et pourtant fluides, à pas scandés, aussi réguliers que des points de broderie, ou elles tapent du pied (du sabot ?) et tournent en cercle d'une ronde ininterrompue.... Ne pas oublier que ce sont elles qui ont appris aux Bretons la gavotte, la danse qui "engaye" !!!

Certes, elles ne sont pas que danseuses mais aussi des fées puissantes, grandes prêtresses des landes. De leur personne émane une lumière si éclatante que nul regard humain ne peut soutenir une telle splendeur.
Ce sont plutôt des fées rustiques champêtres, semblables à des jeunes paysannes joliettes et enjouées. Belles, potelées, elles portent de beaux vêtements. On les montre le plus souvent en habits de paysanne : chemise échancrée, brassière noire de basin tombant sur les hanches, chemisette blanche ouverte sur le devant et serrée à la taille, cotillon et jupons garnis de dentelles et de galons dont le nombre indique une mère ou sa fille Margot ; elles portent aussi une robe fleurie recouverte d'un devantier plissé ; des bas de tricotin moulent la jambe et elles sont chaussées de fins sabots claquants. le jour elles portent la coiffe.

De quoi se nourrissent les Margot la fée ?
Ambroisie, nectar, mets les plus fins, mais aussi galettes de blé noir, lait caillé et kig ha farz !

Les Margot la fée sont immensément généreuses, gaies, ludiques, mais si éprises de justice que la moindre malversation envers autrui les transforme immédiatement en cruelles vengeresses.

Les Margot la fée sont partout à la fois ; elles surveillent les berceaux, la paix du foyer, les cultures, le cycle des saisons. Elles guérissent les malades, portent secours aux indigents, récompensent les hommes de bien et châtient les mauvais.
Elles aiment aussi "faire la fermière" et garder les troupeaux qu'elles rendent le poil brillant et la peau rebondie.

LA FEE par Victor Hugo


LA FÉE

Viens, bel enfant ! Je suis la Fée.
Je règne aux bords où le soleil
Au sein de l'onde réchauffée
Se plonge, éclatant et vermeil.
Les peuples d'Occident m'adorent
Les vapeurs de leur ciel se dorent,
Lorsque je passe en les touchant;
Reine des ombres léthargiques,
Je bâtis mes palais magiques
Dans les nuages du couchant.
Mon aile bleue est diaphane;
L'essaim des Sylphes enchantés
Croit voir sur mon dos, quand je plane,
Frémir deux rayons argentés.
Ma main luit, rose et transparente;
Mon souffle est la brise odorante
Qui, le soir, erre dans les champs;
Ma chevelure est radieuse,
Et ma bouche mélodieuse
Mêle un sourire à tous ses chants.
J'ai des grottes de coquillages;
J'ai des tentes de rameaux verts;
C'est moi que bercent les feuillages,
Moi que berce le flot des mers.
Si tu me suis, ombre ingénue,
Je puis t'apprendre où va la nue,
Te montrer d'où viennent les eaux;
Viens, sois ma compagne nouvelle,
Si tu veux que je te révèle
Ce que dit la voix des oiseaux.

Victor Hugo.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...