mardi 16 décembre 2008

Les Tisanières

Il était une fois une vieille femme qui tomba gravement malade. Les médecins vinrent dire que plus rien ni personne ne pourrait la sauver. Alors, à sa seule petite-fille qui, auprès d'elle restait, la mourante chuchota dans un souffle :
- Il pousse tout en haut du plus haut sommet des plus hautes montagnes une herbe qui guérit, une herbe qui rend la vie. Mais le voyage est si long, si pénible, si plein de périls que je n'ose te demander d'aller la cueillir.
- Comment la reconnaîtrai-je ?
- On te la montrera
Aussitôt l'enfant partit. Elle s'en alla par les chemins à la recherche de l'herbe de vie. Les cailloux blessaient les pieds à travers les souliers, et le chemin devint bientôt une rivière de feu. Comme elle avait soif, elle s'assit au soir à l'ombre du seul arbre qu'elle put trouver et tira de son sac le peu qu'elle avait : une petite gourde pour boire et trois miettes de pain dur. A peine avait-elle installé son repas sur la serviette blanche étalée sur ses genoux qu'une pie se posa à ses côtés :
- Aurais-tu du pain pour mes petits ? Je ne demande rien pour moi mais pour les petits que j'ai et qui crient dans le nid.
Et l'enfant partagea les miettes du pain. Le lendemain, après avoir dormi sur un lit fait de mousse et de trois feuilles, elle reprit sa route sans attendre. Autour d'elle le pays était comme un pays brûlé, sans une ombre pour se rafraîchir et se reposer. Toujours, il fallait marcher car, si peu qu'elle s'arrêtât pour souffler, il lui semblait que la braise sous ses pieds allait gagner ses jupons et faire d'elle un brandon.
Pourtant, pas une seule fois, elle ne songea à faire demi-tour car elle savait que tout en haut du plus haut sommet des plus hautes montagnes qu'elle gravissait se trouvait l'herbe à guérir.
Le soir venu, qui n'était pas comme les soirs d'en bas, quand les ombres s'allongent pour faire du frais au seuil des maisons, elle s'arrêta dedans la seule petite ombre qu'elle put trouver à la ronde, et s'assit au pied d'un puits tout asséché. Aussitôt qu'elle eut sorti sa gourde pour boire, elle entendit une faible voix monter du fond du puits :
- Tu ne peux me voir car je n'ai même plus assez d'eau pour avoir un reflet. Laisse tomber un peu de ta gourde tout au fond de moi, sinon je n'aurai plus de puits que le nom.
Et la petite sacrifia alors le contenu de sa gourde, car un puits sans eau ne peut plus être un puits et, mourant de faim et de soif, l'épuisement l'endormit.
Le lendemain, une fois encore, elle reprit la route sans songer une seule fois à repartir en arrière, car tout en haut du plus haut sommet des plus hautes montagnes croissait l'herbe de vie. Longtemps encore elle avança sur la route toujours plus longue, plsu raide et brûlante. Autour, le pays devenait toujours plus désert et des serpents de feu sifflaient sur les cailloux. Et lorsqu'au soir d'un soir dont elle ne connaissait plus le jour, elle put enfin atteindre le sommet de la plus haute cime, le soleil avait noirci sa peau et brûlé ses yeux. Elle se crut devenue comme une ombre sans ombre.
Elle sentait bien sous ses doigts des herbes se presser mais ne savait laquelle choisir parmi toutes celles qui s'agitaient. Avait-elle fait tout ce chemin pour rien ? Quand soudain, dans la nuit de ses yeux, une ombre sembla se détacher et, contre sa joue, elle devina un souffle battre de l'aile et se poser, et en même temps que sa vue revenait, elle aperçut la pie picorant un nuage de pluie qui se mit à chanter... et tout son être égayé se sentit rassasié. Ce n'était plus une pie ni la cascade d'un puits mais une Fée qui vers elle se penchait. Elle reconnut sa grand-mère, belle de santé, qui souriait en lui tendant une herbe toujours plus grande et plus verte qui semblait naître des ses mains.

C'est par cette histoire que les Chroniques elfiques illustrent la Fée des herbes et des simples que la "petite mythologie" appelle Tisanière. Toute fleur est l'ouvrage d'une Fée, la végétation dans son entier est un livre et un jardin des Fées. Toute l'histoire elfique se raconte dans l'herbe dont chaque brin est une réduction de l'Arbre cosmique reliant le terrestre au céleste.
Dans ce verger vivent les Tisanières. Pour récolter les parfums, les sucs, la quintessence de la pensée elfique, en séparer les principes subtils - entre l'obscur et la lumière, le vénéneux et l'élixir -, il fallait une Fée bien sage et bien vieille. Une Fée qui, lentement, en aurait vécu tous les stades et les états : de l'éther à la graine, de la fleur à l'étoile, d'anneau en anneau, remontant lentement la spirale d'une dendochronologie sans début ni fin. De son art, Flore, les Nymphes, les Lutins, le Peuple de Féerrie ont obtenu immortalité et jeunesse éternelle. Les Tisanières en infusant l'Esprit de la Fleur d'Or ont découvert la source de Jouvence. A tous les "écoutants", elles en ont enseigné le savoir, les sages l'ont compris. A travers les légendes, les croyances, la soupe d'herbes, les remèdes de bonne femme, le brouet des sorcières, les recettes de famille et la médecine des plantes, le Vieil Art s'est transmis, même auprès des mortels.

Les Tisanières comme les Licornes ont depuis longtemps disparu de nos paysages, mais le parfum de leurs "influences", le souvenir de leurs "exaucements" greffés aux ramures sauvages des sortilèges et talismans, des coutumes et croyances, continuent à liseronner l'herbier légendaire...




13 commentaires:

  1. encore une belle histoire!
    je te souhaite que le soleil revienne vite dans ta vie
    et beaucoup de bonheur à venir!
    bises
    isabelle

    RépondreSupprimer
  2. Tu n'as pas à me remercier j'aime ce que tu écris.C'est sûr ces derniers temps je ne suis pas très présent sur mon blog j'ai plein d'articles commencés mais rien de fini.j'espère que ces petits tracas n'ont pas une grande importance.Je vais t'avouer pour moi Noël ne sera plus ce qu'il a été.Mais bon.
    Je te souhaite néeanmoins de passer un joyeux Noêl et si je peux me permettre, voici une petite pensée. Regarde vers le soleil l'ombre sera derrière toi.
    Et n'oublie pas il y a toujours un lutin près de toi c'est comme un père Noël il suffit d'écrire.
    trés amicalement
    Joyeux Noël à toi
    Bisous de lutin

    RépondreSupprimer
  3. maintenant quand je boirai de la tisaniére je serai de qui vient se nom Sourire trés jolie conte de fée bise passe une trés bonne journée bise a plus tard.

    RépondreSupprimer
  4. Merci de nous avoir fait rêver tout au long de cette année

    RépondreSupprimer
  5. A mon tour je te souhaite de passer de très bonnes fêtes de fin d'année et je reviendrai pour l'année prochaine pour t'adresser tous mes souhaits de bonheur.
    A bientôt donc.

    RépondreSupprimer
  6. un peu de rêve dans ce monde de brutes
    Que ce conte est joli

    RépondreSupprimer
  7. C'est une très belle histoire que celle des tisanières ... je suis une grande buveuse de toutes ces infusions, thé vert compris ...
    Tout comme toi, je n'ai pas trop l'esprit à la fête en ce moment, trop de tracas ... remarque, en temps normal, je ne suis pas très emballée par ces périodes ...
    Je te souhaite que tout se passe pour le mieux pour toi et te dis à très bientôt, dans le monde des fées ...
    Amitiés
    Domi

    RépondreSupprimer
  8. salut
    Je suis de retour après une panne de disque dur mais c'est réparé.
    Je te souhaite une bonne soirée et aussi de bonnes fêtes si tu dois partir en vacances.

    RépondreSupprimer
  9. Ben çà, c'est une belle histoire "vraie"..... C'est méga super beau.. (heu, je parle ccomme un d'jeun's... ce doit être l'effet Noël !
    Passes de bonnes fêtes belles princesse !

    RépondreSupprimer
  10. Après la pluie,le beau temps.. !
    Je souhaite que tous tes ennuis disparaissent et que tu puisses profiter Pleinement de la Vie !
    Gros bisous et très Joyeux Noël !

    RépondreSupprimer
  11. très jolie histoire .
    il y a plusieurs mois que je viens lire tous votre travaille ,c'est super génial je m'évade , je m'en lasse pas de vous lire. je me permet de vous poser un petite question? pourriez vous me sité vos livres de référence. en bas de chaque pages il y en a quelque uns et j'en ai acheter
    merci .bonne continuation

    RépondreSupprimer
  12. Cher anonyme... regardez tout en bas du blog... il y a les références des livres... sinon, si vous aimez les fées, je vous conseille de rendre visite de l'autre coté du miroir...(site à cliquer chez nos amis Faëries), Laure saura vous diriger vers des lectures féeriques
    Bises

    RépondreSupprimer
  13. Zabelle... je crois que le bonheur ne sera pas en début 2009... mais on doit faire comme si... pas vrai ? (sourire)

    Guthin... petits tracas sont devenus grands... merci pour tes mots... un charmant lutin comme toi ne peut qu'apporter du soleil ! merci...

    Angel-uane... Hé hé... on en apprend des choses !!
    Bisous tout plein

    Kri... merci surtout d'être là !!

    Bettyboop... reviens quand tu veux... mon antre est toujours ouverte ! Bises !

    Elephant gris ! Ah ! Si nous n'avions pas ces contes, la vie serait plus dure à supporter...

    Asiemutée... Juste thé vert à la menthe pour moi... avec une tisanière revenue du Maroc... :=))
    Les fêtes ont parfois quelque chose d'insolite et de bouleversant... les fées veillent quand même, une chance !!

    Le chevalier dauphinois... Oupsss... retour au pays des enfants ? C'est le bon moment pour cette escapade ! Bisous

    Wizzil... Après la neige, le soleil... version Mélusine ! :=))
    Bises à toi

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...