jeudi 20 décembre 2007

JOYEUX NOEL




Maintenant que Noël est proche,
tous les lutins travaillent pour aider aux derniers préparatifs de Père Noël....

Quant à nous, nous vous retrouverons, Abigail et moi-même, entre les Fêtes
pour ouvrir avec vous la Nouvelle Année !
D'ici là, soyez sages, et vivez heureux en famille ou entre amis...

Et n'oubliez pas : comptez avec les Fées
pour recevoir des moments exceptionnels et riches de bonheur
A bientôt

Les Djinns

Et les Jânn nous les avions créés avec du feu très ardent (le Coran)

"Nul ne connaît l'armée de ton Seigneur que Lui-même". Au delà des sept cieux, dans les espaces infinis où se succèdent les Voiles, Dieu fit des anges ayant deux, trois et quatre ailes : "Le ciel craqua et à juste titre, dit le prophète, car il n'y est pas le moindre espace qui ne soit occupé par un ange". Leurs voix retentissent tel le fracas du tonnerre. Il n'y a point d'atome dans l'univers qui ne soit confié à un ou plusieurs anges ; pas une goutte d'eau ne tombe du ciel sans que l'un d'eux descende avec elle et la dépose à l'endroit désigné par Dieu. S'il en est ainsi des atomes et des gouttes d'eau, précise Toufy Fabd dans son magistral essai sur le monde spirituel de l'islam, que dire alors des corps célestes, de l'air, des nuages, des vents, des pluies, des montagnes, des déserts, des mers, des sources, des fleuves, des minéraux, des végétaux, des animaux ! En somme, c'est par les anges que s'accomplissent l'ordre dans l'univers et la finalité des choses existantes.

Selon, Ibn Abbâs, Iblîs appartenait à une fraction d'anges, appelés aj-jinn, créés du feu très ardent, tandis que les autres anges furent créés de lumière, les Djinns d'une langue de feu et l'homme d'argile. Iblîs s'appelait Al-Hârith, et était l'un des gardiens du paradis. Les premiers habitants de la Terre furent les Djinns ; ils y introduisirent la corruption, versèrent le sang et se tuèrent les uns les autres. Allah leur envoya Iblîs à la tête d'une armée d'anges aj-jinn ; il les combattirent et les refoulèrent dans les îles des mers, et les sommets des montagnes. Après sa victoire, Iblîs se dit : " J'ai réussi quelque chose que nul autre n'a pu faire..."

Et Iblîs fut déchu par orgueil.

La transformation d'Iblîs en Shaytân (démon) est due à son pêché. De la même façon tout Djinn qui désobéit devient Shaytân. Et des cohortes de Djinns et de Shaytân s'envolèrent dans les cieux, emplirent les déserts et se multiplièrent parmi les hommes : "Ne buvez pas par le trou du vase ébréché car c'est la croupe du Shaytân", dit le Prophète qui recommandait aux croyants de se serrer les uns contre les autres durant le prière, afin que les Shaytân ne viennent pas occuper les intervalles qui les séparaient.

Les Shaytân attaquent généralement en groupe : le Djinn, plus individualiste et malin, utilise la séduction pour "posséder" sa victime. De sa semence naissent des créatures monstrueuses et sanguinaires, tels An-Nasnâs, être fabulateur n'ayant qu'un pied et marchant par sauts et bonds comme les oiseaux, ou Ash-Shiqq moitié homme moitié animal. Ils envoient aussi leurs animaux féconder ceux des humains afin que la Terre soit peuplée d'une faune asservie à leur volonté, ainsi l'espèce de chameaux appelée Hawshiyya.

Un jour, une femme vint voir le Prophète et lui dit : "Mon fils est possédé par un Djinn qui le terrasse matin et soir". Le Prophète lui passa la main sur la poitrine ; le garçon vomit et alors sortit de lui un petit animal qui courait... cette fois, le Djinn était vaincu, mais il revint et revint jusqu'à ce que le malheureux succombe dans les transes ; car le Djinn est très dangereux et il n'y a vraiment que dans les contes poétiques ou les Mille et une nuits qu'on parvient à l'enfermer dans une lampe ou qu'on le mette en bouteille !...


Caractéristiques des Djinns

Les Djinns sont de taille changeante. Lorsque le Shaytân s'incarne en Djinn, il prend l'aspect d'une bête monstrueuse, à la fois serpent ailé, chien, chat, chameau, rat au long museau, "avec du sang s'égouttant de tous les poils noirs de son corps. Parmi ceux qui défilèrent devant Salomon, il y en avait dont la face était tournée vers le derrière ; de leurs bouches sortaient du feu. Certains marchaient à quatre pattes, d'autres avaient deux têtes ou une tête de lion sur un corps d'éléphant".

Ils sont nus, parfois enveloppés de linceuls, ou de beaux et riches atours malignement ajustés pour inspirer la luxure.

Ils se nourrissent des âmes et de sang.

Ils habitent les monts Ajâ et Salmä, les terres basses de la Tihâma, les hauts plateaux du Najd, la montagne d'Abû Qubays qui domine la vallée de La Mecque, mais aussi les régions d'Ubâr entre Yamâna et le Shirhr. Non seulement les contrées désertiques et inhabitées, mais aussi les bosquets et les fourrés sont les domaines des Djinns.

Des unions entre les Djinns et le shuimaisn sont issus : Bâlqîs, reine de Sabaâ, et Dhû-l-Quarnayan dont la mère fut une femme du nom de Fîräaet le père un ange du nom de 'Ibrä.

Ils parcourent le ciel, les déserts, les villages et les villes, en quête de victimes, sèment la mort, le crime, les maladies, l'épilepsie. Certains sont préposés au malheur, au vol, aux mutilations, au mensonge et aux querelles domestiques.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...