vendredi 30 novembre 2007

Lutins d'ailleurs

Les brownies ressemblent à de petits humains. Certains sont très soignés, d'autres vêtus de haillons. La plupart ont de petites mains dont les doigts sont collés. En dépit de leur air un peu farouche, ils sont étonnamment serviables.

Bien que le lutin soit plutôt une spécialité française, les Anglo-Saxons connaissent eux aussi ces êtres féeriques. Les Anglais ont ainsi les pixies, fripons et voleurs au nez retroussé. Ils n'aiment pas beaucoup les humains - sauf ceux qui sont tristes - et ils protègent les auteurs de complaintes mélancoliques et les malchanceux.

Les Brownies , qu'ils soient d'Ecosse, des Lowlands, des Highlands, du Pays de Galles ou d'Irlande, font partie d'une même race et se ressemblent tous. Ce sont les premiers habitants elfiques de l'Ecosse. Ce sont les semeurs de bruyère et de chardons violines, les alchimistes des eaux claires, les génies du whisky qui, d'une poignée d'orge, de malt, d'un fumet de tourbe, ont distillé le coeur de la légende en une liqueur d'or. Les Brownies d'Ecosse ont en effet la réputation d'avoir livré aux hommes le secret du whisky, en échange du droit de venir vivre dans les caves des auberges et des pubs, au titre de nains domestiques.
Comme nos lutins, les brownies rendent de nombreux services et ne demandent que fort peu en échange : une tranche de pain, un bol de lait caillé, un peu de miel..

Le leprechaun est un membre du petit peuple des landes irlandaises. Il a un métier, cordonnier, mais ne répare qu'une chaussure par paire ! Si vous le voyez, il vous rend service, mais si c'est lui qui vous aperçoit le premier, il vous joue de mauvais tours. A part celà, c'est aussi un bon musicien et il est habile à dénicher les emplacements de trésors.

Débarras
Il existe un moyen pour se débarrasser d'un être du petit peuple qui prend un peu trop ses aises chez vous. On a vu des lutins, des kobolds, des gnomes ou des gobelins qui jouaient sans cesse de mauvais tours dans les maisons.

Outre le fait de leur offrir des vêtements neufs qu'il accepteront, mais vexés, ne reviendront plus ; répandez, pour les décourager, un sac de blé ou du seigle ou encore des paillettes de lin sur le sol. On peut aussi placer un seau de pois ou de lentilles en équilibre sur une porte, afin qu'au moindre mouvement le seau tombe et répande son contenu. Le lutin doit les ramasser un par un en les comptant. S'il se trompe, il recommence à zéro... Très vite, l'être féerique se lasse et préfère ne jamais revenir dans une maison où il doit passer ses nuits à compter et à recompter des pois pour rien.


Les Schtroumpfs

Les Schtroumpfs sont-ils des lutins ?
Oui, bien sûr !!

Peter Pan

Lorsqu'un petit garçon est élévé par les fées, il semble ne plus jamais pouvoir rejoindre totalement le monde des hommes. C'est ce qu'il advint à Peter Pan, ni elfe ni lutin, mais apparenté au Petit peuple, doté de pouvoirs magiques et ami d'une fée.

Peter Pan est-il un lutin ou un elfe ? Ni l'un, ni l'autre.
Par de nombreux aspects, Peter Pan ressemble à un lutin : il a ce côté rieur et drôle, un air enfantin qui va de pair, chez lui, avec des oreilles pointues, des yeux ironiques et fendus en amande, et ses vêtements sont faits de feuilles de la forêt, comme son petit bonnet.

Par d'autres aspects, Peter Pan se rapproche plutôt des elfes : comme eux, il peut voler, il est de taille d'un jeune homme, il est manifestement bien plus qu'un être des airs qu'un être de la terre, comme le sont les lutins.

En fait, Peter Pan n'est ni l'un ni l'autre, comme le voulut l'auteur du roman, James matthew Barrie, qui imagina le personnage au XIXe siècle. Au départ, Peter Pan est un petit garçon comme l s autres, mais alors qu'il est tout bébé, à la suite d'un concours de circonstances, il s'envole malgré lui par la fenêtre et se réfugie dans un arbre. Alors les fées le recueillent et l'élèvent, mais Peter ne grandit jamais et reste toujours à la frontière délicieuse entre l'enfance et l'âge adulte.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...