vendredi 19 octobre 2007

Fées se peignant près des fontaines

Ainsi que les sirènes et les fées des contes, les dames des fontaines se plaisent à venir se peigner sur leurs bords.
Aux environs de Condé, on avait pris soin de s'écarter à la nuit close de la Fontaine aux dames. Un paysan qui passait auprès vit une jeune fille vêtue de blanc sur une pierre mouseuse. Elle ne paraissait pas l'apercevoir et démêlait ses longs cheveux blonds. Le paysan s'arrêta d'abord, surpris ; mais comme il était trop avancé pour reculer, il continua de cheminer, et quand il fut en face de l'apparition, il dit :
- Ma belle demoiselle, vous êtes de bonne heure à votre toilette
La fille leva sur lui un froid regard qui le glaça, en disant :
-Passe ton chemin ; si le jour est à toi, la nuit est à moi
Et elle se remit à peigner son opulente chevelure.

Plusieurs récits de Basse-Bretagne parlent de fées qui viennent se coiffer au bord des fontaines ; près de Keramborn, on voyait la nuit, une chandelle allumée, et une belle fée, en robe blanche, assise près de l'eau, et tenant un peigne d'ivoire.

Dans le pays basque, la veille de la Saint-Jean, à minuit, une Lamigna démêlait ses cheveux avec un peigne d'or, puis se lavait à la Fontaine Juliane.
Un homme aperçut le matin dans le Pré des Lamignac, une belle dame qui se peignait ; celle-ci le vit aussi et elle disparut comme une vapeur.L'homme arrivé près de la fontaine, trouva un beua peigne d'or qu'il emporta chez lui.
Une fée venait chaque nuit se parer sur le bord de la Fontaine d'Argent ; surprise par une jeune fille avant le lever du soleil, elle se cacha dans la fontaine en oubliant son peigne d'or. La jeune fille y étant revenue une autre fois au point du jour, la fée sort de l'eau, et lui dit que si elle consent à le lui rendre, elle trouvera cinq livres au bord de la fontaine chaque fois qu'elle y viendra, à la seule condition de ne révéler ce secret à personne.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...